Après Amsterdam et Nice, Izmir signe un contrat avec le WWF

Après Amsterdam et Nice, Izmir signe un contrat avec le WWF

Au cours de sa première année d’activité, le navire «Blue Panda» du Fonds mondial pour la nature (WWF) s’est arrêté dans des ports clés de la Méditerranée dans l’espoir d’endiguer la pollution plastique qui étouffe l’environnement marin et terrestre.

 

 

 

Photographie : Le bateau du WWF qui parcourt la Mer Méditerannée et étudie sa pollution, fait un passage à Istanbul le 1er octobre 2019

WWF, Agence Anadolu

 

 

 

 

Après Amsterdam et la ville française de Nice, Izmir, sur la côte égéenne de la Turquie, a été l'une des premières villes à signer un contrat pour participer à l'initiative Plastic Smart Cities du WWF, qui a pour objectif de motiver les villes du monde entier à réduire l'émission de déchets plastiques dans la nature d'ici 2030 en réglementant les lois sur les restaurants, les entreprises et les citoyens.

L’équipage du Blue Panda a confié a conclut des accords avec les autorités locales et espère ajouter de nouvelles villes à son réseau Plastic Smart Cities.

Selon les données du WWF, la région méditerranéenne est le quatrième producteur mondial de produits en plastique. Ses résidents et ses visiteurs génèrent 24 millions de tonnes de déchets plastiques par an.

Charles Desclercs, le capitaine du Blue Panda, a déclaré avoir été témoin de beaucoup de pollution plastique lors du voyage du navire, qui a débuté en France.

"Parmi les villes dans lesquelles nous nous sommes rendus, nous avons été témoins de beaucoup de pollution entre la Sicile et l’Italie, et pas mal de pollution entre la Sicile et la Grèce.

"Lorsque nous avons atteint la mer de Marmara, le Bosphore était particulièrement pollué par les plastiques", a-t-il noté.

Desclercs a souligné que même les plus belles eaux sont marquées par la pollution plastique.

"Nous avons jeté l'ancre dans la baie de Santa Manza [près de la Corse] pour plonger", a-t-il rappelé.

«L'eau est merveilleuse là-bas. Mais quand j'ai enfilé mon tuba, c'était terrible. Des millions de micro-morceaux de plastique flottaient autour de nous. "

Les données du Fonds montrent que 0,57 million de tonnes de plastique sont déversées dans la Méditerranée chaque année, ce qui équivaut à 33 800 bouteilles de plastique dans l'eau par minute.

Près de la moitié de la quantité totale de déchets mal gérés de la région est imputable à l’Égypte, suivie de la Turquie, de l’Italie, de l’Algérie et du Maroc, selon le WWF.

 

-La vie marine souffre de la pollution plastique

Desclercs a déploré qu'au cours de leur voyage, ils avaient constaté de nombreux dégâts dus à la pollution, ajoutant que les dommages causés par les plastiques à la vie marine n'étaient pas exagérés.

Yaz Guvendi, le porte-parole du Blue Panda, a déclaré que le WWF avait étudié 178 baleines au cours d'un mois de recherche et avait biopsié 45 d'entre elles pour vérifier leur niveau de contamination plastique.

Avant le début du voyage du Panda Bleu, l’équipage a effectué des recherches dans le Sanctuaire Pelagos, une zone marine protégée entre la France, l'Italie et Monaco en Méditerranée, abritant plusieurs espèces de cétacés (baleines, marsouins, dauphins), notamment le grand cachalot, le rorqual commun et les globicéphales.

"Lors de notre mission Pelagos, les scientifiques ont fait des biopsies sur les baleines.

"Ils ont la preuve que le plastique se trouve réellement dans la graisse de la baleine. Le plastique s'infiltre dans la peau des baleines et va directement dans la graisse.et pas seulement dans l’estomac", a noté Desclercs.

Les rapports montrent que plus de 700 espèces marines, dont des mammifères marins et des oiseaux, sont touchées par le plastique du fait de son ingestion, du piège fatal qu'il peut constituer pour les animaux marins, ou de la dégradation de l'habitat.

 

«Les plastiques à usage unique doivent être évités»

Guvendi a souligné que le Panda Bleu avait beaucoup fait pour inciter les autorités à agir, et a ajouté que les maires des villes de leur destination avaient accueilli le groupe avec beinveillance et rejoint leur combat contre la consommation de plastique.

Cependant, malgré les vertus du nettoyage des déchets plastiques, Desclercs a rappelé que les mesures doivent être prises à la source, avec l'arrêt total de la production de plastiques à usage unique.

"Il y a beaucoup d'autres ONG qui nettoient les plages, mais le WWF pense qu'il est préférable d'agir dès le début, c'est pourquoi elles travaillent avec les gouvernements, les restaurateurs et les entreprises de ces villes", a-t-il déclaré.

Selon les rapports du WWF, les pays méditerranéens prennent des mesures positives pour interdire les plastiques à usage unique, comme l’a récemment dicté la directive relative aux plastiques à usage unique de l’Union européenne.

"Venir à Izmir ne faisait pas partie de nos plans", a confié Guvendi.

«Nous avions prévu de rester à Istanbul, puis de nous rendre à Kas [dans la région très touristique d'Antalya, dans la région méditerranéenne turque], qui est une zone de protection marine où le WWF Turquie travaille depuis plus de 15 ans. Mais c’était la municipalité qui nous voulait à Izmir et le bateau est maintenant ouvert aux visiteurs.

"À Kas, nous aurons également des réunions avec le maire et nous publierons notre nouveau rapport sur la surveillance marine du WWF qui a débuté l’année dernière.

"Cette surveillance a également été effectuée il y a cinq ans et montrera de quelle manière la protection de la mer par la ville de Kas a affecté l'environnement et le nombre d'espèces envahissantes", a ajouté Guvendi.

La surveillance de la vie marine à Kas a été effectuée il y a cinq ans. Cela a mené à la création d'une zone de protection marine. Cette année, la surveillance a été effectuée à nouveau pour la comparer à il y a cinq ans.

Après la Turquie, le Blue Panda et son équipage se rendront dans deux pays d’Afrique du Nord que sont la Tunisie et le Maroc et termineront leur voyage en France en novembre.

Le WWF exhorte les gouvernements, l’industrie et le public à assumer leurs responsabilités et à construire ensemble un modèle d’économie circulaire efficace dans lequel le plastique inutile est évité et où aucun plastique ne devient un déchet.

 

 

Dilara Hamit, Marc Chenault, George Albert Bernard, Ümit Dönmez

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Amsterdam, Mer Méditerranée, pollution, Nice , environnement europe, İzmir, déchet, turquie méditerranée, environnement turquie, pollution turquie, WWF, protection environnement, Pochette plastique, Plastique, Sac Plastique, Recyclage, Recyclage déchets, WWF / Blue Panda

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]