Déclaration conjointe sur le nord-est syrien après la réunion Erdogan-Poutine

La Déclaration contient 10 points.

 

Photographie : Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe, Vladimir Poutine, ont tenu une conférence de presse conjointe après leur réunion, mardi 22 octobre 2019, dans la ville de Sotchi, dans la Fédération de Russie.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, et son homologue russe, Sergueï Lavrov, ont lu le texte de la Déclaration conjointe faite par les présidents turc et russe lors du sommet.

Murat Kula, Sefa Karacan, Mustafa Kamacı / Agence Anadolu

 

 

 

 

 

Voici le texte de la Déclaration conjointe :

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe, Vladimir Poutine, se sont mis d'accord sur les points suivants :

1- Les deux parties ont réaffirmé leur détermination à préserver l'unité territoriale et politique de la Syrie et à protéger la sécurité nationale de la Turquie.

2- Les deux présidents ont affirmé leur détermination à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations et à contrecarrer les projets séparatistes sur le territoire syrien.

3- Dans ce cadre, la situation actuelle dans la zone d'opérations de Source de Paix qui couvre Tell Abyad et Rass al-Aïn à une profondeur de 32 km, sera maintenue.

4- Les deux parties soulignent l'importance de l'Accord d'Adana et du fait que la Russie facilite sa mise en oeuvre dans les circonstances actuelles.

5- A partir du 23 octobre à 12h00, la police militaire russe et la Garde-frontière syrienne entreront dans la partie syrienne de la frontière turco-syrienne, en dehors de la zone d'opérations de Source de Paix, pour déloger les éléments de l'organisation terroriste YPG et leurs armes jusqu'à 30 km de la frontière turque, dans un délai de 150 heures.

A ce moment précis, des patrouilles turco-russes commenceront dans l'ouest et l'est dans la zone d'opérations de Source de Paix à une profondeur de 10 km, à l'exception de la ville de Kameshli.

6- Tous les éléments de l'organisation terroriste YPG, ainsi que leurs armes, seront expulsés de Manbij et de Tall Rifat.

7- Les deux pays prendront les mesures nécessaires pour empêcher les intrusions des terroristes.

8- Des travaux communs seront menés pour faciliter le retour volontaire et sécurisé des réfugiés.

9- Un mécanisme conjoint de surveillance et de vérification sera mis en place pour surveiller et coordonner la mise en œuvre de la présente déclaration.

10- Ankara et Moscou continueront à œuvrer en faveur d'une solution politique durable au conflit syrien dans le cadre du mécanisme d'Astana et elles soutiendront l'activité du Comité constitutionnel.

 

Trump : Il semble y avoir de bonnes nouvelles concernant la Turquie, la Syrie et le Moyen-Orient

Le président américain, Donald Trump, a déclaré, mardi, commentant l'accord turco-russe sur la Syrie "qu'il semble y avoir de bonnes nouvelles concernant la Turquie, la Syrie et le Moyen-Orient, et il qu'il y aura d'autres informations à venir".

Trump s'est exprimé sur Twitter en commentant l'Accord conclu mardi entre le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe, Vladimir Poutine, sur la Syrie".

Plus tôt dans la journée de mardi, la ville de Sotchi a accueilli un sommet turco-russe qui s'est conclu par un accord sur le retrait de l'organisation terroriste YPG/PKK avec ses armes de la frontière turque sur une distance de 30 km en 150 heures.

 

Esper : Nous n'avons pas été chargés de défendre les "Kurdes" contre un Etat allié de l'OTAN

"Nous n'avons pas été chargés de défendre les Kurdes (l'organisation YPG/PKK) contre un Etat allié de l'OTAN, ou de les aider à mettre en place un Etat kurde autonome", a déclaré mardi le Secrétaire américain à la Défense, Mark Esper.

C'est ce qui ressort des déclarations d'Espser à la chaîne américaine CNN depuis l'Arabie Saoudite, où il se trouve dans le cadre d'une visite.

Espser a indiqué que "la raison principale de la coopération de son pays avec l'organisation YPG/PKK en Syrie est la lutte contre Daech, et que ce lien avait été établi à l'époque de l'ex-président américain Barack Obama".

Il a par ailleurs abordé l'opération Source de Paix lancée par la Turquie contre les terroristes dans le nord-est de la Syrie.

Il a ainsi expliqué qu'il était présent lors de l'entretien téléphonique entre le président turc, Recep Tayyip Erdogan et son homologue américain Donald Trump, le 6 octobre courant.

"Mon homologue turc m'avait informé, quelques jours avant cet entretien téléphonique, qu'ils lanceront l'opération. Le président Erdogan nous a averti également lors de cet entretien qu'ils lanceront l'opération", a-t-il ajouté.

"La Turquie est notre alliée à l'OTAN, et nous ne sommes pas prêts à entrer en guerre avec elle", a-t-il martelé.

Et Esper de poursuivre : "Nous n'avons pas été chargés de défendre les Kurdes (YPG/PKK) contre un Etat allié à l'OTAN depuis longtemps, ni de les aider à établir un Etat kurde autonome".

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

Le Secrétaire américain à la Défense a rejeté les allégations concernant la fuite d'éléments de Daech détenus dans le nord-est de la Syrie "à cause de l'opération turque".

Il a souligné "qu'ils sont au courant de la fuite d'un peu plus de 100 détenus seulement sur les 11 mille membres de Daech détenus dans le nord-est de la Syrie".

"Pour cette raison, nous ne sommes pas devant une situation de fuite en masse comme tout le monde le prétend", a-t-il ajouté.

Les déclarations du Secrétaire américain à la Défense sont considérées comme étant une confirmation des informations relayées par l'Occident disant que "des milliers de détenus de Daech seraient échappés à cause de l'opération turque", des informations qui ne reflètent pas la réalité.

D'un autre côté, Esper a indiqué que "les mille soldats américains qui seront transférés de la Syrie à l'Irak, retourneront aux Etats-Unis après y avoir restés pendant une période.

Il a renouvelé ses déclarations que "les Etats-Unis maintiendraient un nombre limité de soldats dans une zone précise à l'est de la Syrie, dans le but de protéger les zones pétrolières et de combattre Daech".

 

 

 

 

Abduljabbar Aburas, Mona Saanouni

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: Russie, Turquie, Syrie, turquie russie, poutine, erdogan, serguei lavrov, russie syrie, turquie syrie, turquie pkk, Sotchi, poutine erdogan, erdogan poutine, pkk syrie, Qamishli, Qamichli, cavusoglu lavrov, Mevlut Cavusoglu, Accord d’Adana, YPG, Est de l'Euphrate, Ras al-Aïn, Source de Paix, Déclaration conjointe

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]