Est de la RDC : l'ONU «renforce» sa présence au Sud-Kivu

Pour faire face à une nouvelle vague de violence.

 

La mission onusienne en République démocratique du Congo (Monusco), vient de renforcer sa présence au Sud-Kivu pour faire face à une recrudescence de la violence, a annoncé l’ONU, lundi, dans un communiqué.

"Dès le 9 septembre, la Monusco avait déployé ses hélicoptères d'attaque en soutien aux Forces armées de la RDC (FARDC), intensifié ses patrouilles de dissuasion, et une base temporaire a été établie à Mikenge le 12 septembre pour renforcer la protection des civils dans la zone, en plus de la base installée de manière plus permanente à Minembwe", a écrit la Monusco dans son communiqué, dont une copie est parvenu à Anadolu.

La Mission "renforce ses moyens de protection des civils dans cette zone pour soutenir les autorités congolaises et appelle à mettre fin à la violence", a déclaré la cheffe de la mission, Leila Zerrougui, exprimant sa "vive préoccupation" face à l'aggravation des violences dans la région de Minembwe.

Les Casques bleus ont également facilité l'évacuation de blessés vers l'hôpital de Bukavu, en collaboration avec le Comité International de la Croix Rouge (Cicr), rapporte la mission, qui affirme travailler étroitement avec les autorités politiques provinciales et les représentants de la société civile pour apaiser les tensions.

 

Recrudescence de la violence

Dans les hauts plateaux de la province du Sud-Kivu dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) des miliciens Mai-Mai s'affrontent depuis plusieurs mois aux forces loyales.

Des villages ont été attaqués ces derniers jours par des groupes armés, entraînant des pertes en vies humaines et de nombreux déplacements de populations. Des centaines de personnes se rassemblent autour des bases militaires onusiennes pour leur sécurité.

Cette région, au cœur d'un conflit entre les communautés Fuliro et Bembe se réclamant autochtones et Nyamulkenge traité de "rwandophone" et d'envahisseur, est une nouvelle zone de violence dans l'est congolais.

Plus de 34,000 déplacés sont directement affectés par ces nouveaux affrontements et de multiples villages ont été brûlés, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) qui fait également état des Kidnappings, viols et des vols massifs de bétail.

Le secrétaire général adjoint aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, avait visité Minembwe, le 4 septembre, pour porter un message de soutien et lancer un appel à l’unité des communautés.

Dans cette perspective, Leila Zerrougui a appelé dans son communiqué "tous les leaders nationaux et provinciaux originaires des territoires de Fizi, Mwenga et Uvira, à dénoncer les attaques ciblées sur les communautés ou sur leurs représentants et chefs coutumiers, à dépasser leurs différences partisanes et à exercer leur influence pour mettre fin à ces violences".

 

 

Pascal Mulegwa, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: République Démocratique du Congo - RDC, ONU RDC, Monusco, Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), Sud Kivu, Déploiement, Bukavu

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]