Burundi / Elections 2020 : la commission électorale dévoile son calendrier

Les trois scrutins (présidentielle, législatives et municipales) ont été fixés pour le 20 mai 2020.



A moins d’une année des élections générales de 2020 au Burundi, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a annoncé que l’opération d’affichage des listes électorales (la liste de 2018) et l’enrôlement des nouveaux électeurs se dérouleront du 9 au 12 décembre prochain.

C’est ce qui ressort du chronogramme rendu public dimanche et dont Anadolu a eu une copie.

« Ces activités seront précédées par d’autres opérations prévues en novembre telles l’accréditation des mandataires des partis politiques et des observateurs, le recrutement et la formation des agents, des réunions avec les partenaires électoraux, etc », précise Philippe Nzobonariba, porte-parole de la CENI.

Joint par Anadolu, lundi, il explique que l’enrôlement des nouveaux électeurs concerne tout Burundais en âge de voter qui n’a pas été inscrit en 2018 lors du référendum constitutionnel. Il donne l’exemple des rapatriés.

« Mis en commun avec la liste électorale de 2018, nous aurons alors le nombre d’électeurs pour 2020 », mentionne Nzobonariba.

Quatre million sept cent soixante-huit mille cent quarante-deux (4.768.142) électeurs ont participé au référendum constitutionnel du 17 mai 2018.

D’après ce même chronogramme, le décret de convocation des électeurs pour l’élection présidentielle, les législatives et les conseillers communaux est attendu le 20 février 2020, tandis que celui portant ouverture de la campagne électorale est programmé cinq jours après.

Les trois scrutins sont fixés pour le 20 mai 2020.

Pour l’élection présidentielle, le chronogramme indique que le dépôt et la vérification dossiers de candidatures est prévu du 25 février au 5 mars 2020 tandis que la signification de l’acception ou du rejet des dossiers sera annoncé cinq jours après.

« Après une période de recours de dix jours, la liste définitive des candidats sera faite le 21 mars 2020 », précise-t-il, prévoyant la proclamation des résultats provisoires au 26 mai, ceux définitifs au 4 juin et la prestation de serment du nouveau président de la République au 20 août 2020. En cas de second tour, le scrutin est prévu le 19 juin 2020.

Selon le calendrier électoral, l’élection sénatoriale est fixée au 20 juillet 2020 et celui des conseillers collinaires, est prévu le 24 août 2020.

En 2015, les élections générales boycottées par l’opposition ont été marquées par des violences liées aux contestations contre le 3ème mandat du président Nkurunziza, jugé illégal par l’opposition, la société civile et une partie de son propre camp.


Cela étant, le président Pierre Nkurunziza a déjà déclaré qu’il ne sera pas candidat en 2020.

 

Burundi / Réseaux sociaux : projet de sensibilisation au profit de 10.000 jeunes


Le gouvernement burundais a lancé, lundi, un vaste projet de sensibilisation des jeunes sur «l’usage responsable des réseaux sociaux », a annoncé, lundi, le ministère de la Jeunesse, des postes et des TIC.

Les cérémonies de lancement officiel de ce projet ont eu lieu dans la province de Makamba (200 km de Bujumbura) au sud du Burundi. Au total, 10.000 jeunes seront touchés.

«Les jeunes constituent un nombre important d’utilisateurs des réseaux sociaux, le projet va les renforcer pour qu’ils les utilisent de façon responsable», a déclaré à Anadolu Laurent Kaganda, vice-président du Conseil national de la communication (CNC).

Sur chaque Colline du Burundi, trois jeunes seront formés sur les avantages et les inconvénients des réseaux sociaux, le respect de la vie privée, etc.

La sensibilisation a démarré lundi par la formation de deux formateurs par province. Ce sont ces formateurs qui, à leur tour, s’occuperont ensuite des jeunes sur les Collines.

Sur le plan administratif, le Burundi est subdivisé en provinces (17) commune (119) et collines (environ 3000). Le projet va aussi cibler des jeunes vivant dans des zones urbaines.

Ce projet a été confié au Fond de service universel du Burundi (FSU), un organe étatique en charge du développement des TIC.

Que ce soit dans les villes ou en campagne, beaucoup de jeunes burundais échangent des informations sur les réseaux sociaux via des téléphones portables.

Il s’avère que certains messages (texto, audio, vidéo) échangés sont faux ou relèvent de la vie privée des gens ou heurtent la pudeur…

Des fois la police des mœurs traque, arrête les auteurs et les traduit en justice.

Cette situation s'est aggravée par l’absence de médias indépendants dont la plupart ont été fermés en mai 2015 dans la foulée d’un putsch manqué au Burundi.

 

 

Yvan Rukundo, Jean Bosco, Lassaad Ben Ahmed

 

 

Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Burundi, Elections 2020, Calendrier

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]