Centrafrique : des progrès notables dans la mise en œuvre de l’accord de paix

Selon la mission conjointe de l’Union africaine, des Nations Unies et de l’Unions européenne (4-7 octobre)



La mission conjointe de haut niveau Nations Unies – Union africaine – Union européenne a bouclé ce lundi 7 octobre, sa visite entamée le 4 octobre en République centrafricaine.

A l’heure du bilan de cette visite, dans le cadre d’une conférence de presse, la mission conjointe a exprimé sa satisfaction de voir d’importants progrès enregistrés, depuis la signature de l’accord de paix et de réconciliation du 6 février 2019.

« Il y a eu beaucoup de progrès qui sont passés sous silence. Je crois que cette visite nous conforte dans l’idée qu’il faut redoubler d’effort. Qu’il y a une dynamique de l’accord, qu’il y a des progrès qu’il faut souligner parce qu’ils sont souvent très éloignés », a affirmé Jean Pierre Lacroix, sous-secrétaire général des Nations Unies en charge des opérations de maintien de la paix.

Il a, à cet effet, évoqué quelques chiffres pour appuyer son affirmation qu’entre juin et octobre de l’année dernière, 597 incidents ont été répertoriés et 1677 victimes impliquant les groupes armés ont été recensés.

Pour la même période de cette année, ce sont 304 incidents et 494 victimes qui ont été enregistrés.

A cette baisse sensible de la violences, Jean Pierre Lacroix souligne qu’aujourd’hui, les soldats des Forces armées centrafricaines (FACA) se redéploient avec déjà 1346 éléments formés et déployés dans 17 lieux, y compris les villes de Kaga Bandoro, Bria, Birao et Bangui, outre les 1400 éléments des Forces de sécurité intérieures.

La plupart des préfets sont déployés.

Pour sa part, le commissaire pour la Paix et la sécurité de l’Union africaine, Smaël Chergui est revenu sur la nécessité pour les Centrafricains de ne pas se laisser distraire par les soubresauts, mais de se concentrer sur la mise en œuvre de l’accord de paix.

« Cet accord est un acquis du peuple centrafricain et qu’il appartient à vous tous, non seulement de le protéger, de le sanctuariser, mais surtout de le mettre en œuvre», a-t-il indiqué.

Toutefois, la mission conjointe a relevé qu’il y a encore des violences dans certaines zones du pays, notamment dans la période la plus récente à Birao ayant provoqué le déplacement d’au moins 15000 personnes; il y a eu également des violences tout à fait inacceptables dans l’ouest du pays. Mais, ce n’est pas une fatalité, a-t-on affirmé.

« Nous avons toujours eu l’occasion de dire que ceux qui refuseraient de jouer le jeu de l’accord, quels qu’ils soient, il y a des sanctions prévues par l’article 35 de l’accord, ils s’exposeront aux sanctions, notamment le recours à des mesures robustes par la Minusca. Mais, ce qui compte avant tout, c’est le dialogue », a martelé Jean Pierre Lacroix.

Koen Vervaeke, directeur général Afrique de l’Union européenne a abordé la question de la reconstruction qui, selon lui, se fait progressivement avec l’appui de la communauté internationale.

Il a plaidé pour qu’en plus de la Minusca, la communauté internationale puisse encore se mobiliser davantage à l’image de l’Union européenne qui a pu former 4000 éléments des forces armées centrafricaines (Faca), financer le projet de connexion haut débit à fibres optiques et octroyer 17 millions d’euros pour soutenir les élections prochaines.

Pour rappel, l’accord de paix avait été signé le 6 février 2019 à Bangui entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés. Ledit accord avait été conclu au terme d’un cycle de négociations à Khartoum sous l’égide de l’Union africaine, des Nations Unies et de l’Union européenne.

 

 

Sylvestre Krock , Lassaad Ben Ahmed

 

 

 



Mots-clés: Centrafrique, minusca, europe afrique, ONU Afrique, accord d'arusha, Nations Unies, UE, UA, Accord de paix, Mission onusienne en RCA (Minusca), mise en œuvre

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]