Erdogan: «Derrière nombre des crises en Afrique se cachent les sociétés occidentales d'armes et de pétrole»

"Alors que la Turquie a une approche respectueuse de ses partenaires africains, avec une politique du gagnant-gagnant", a notamment déclaré le Président turc.

 

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a avancé que derrière une grande partie des crises et conflits qui éclatent en Afrique se trouvent les sociétés occidentales d’armes et de pétrole.

Le Chef de l’Etat turc s’est exprimé, samedi, lors du 3ème Sommet des Leaders religieux Musulmans d’Afrique, à Istanbul.

Recep Tayyip Erdogan a d’abord voulu rappeler la vision de la Turquie en Afrique.

Il a souligné que depuis l’arrivée de son parti au pouvoir en 2002, le nombre d’ambassades turques sur le continent africain est passé de 12 à 42, faisant de la Turquie l’un des pays les mieux représentés en Afrique.

"Grâce à nos efforts, les relations Turquie-Afrique ont atteint en 15 ans un niveau qu'on ne pouvait même pas imaginer", s’est-il félicité.

Le président turc a également donné l’exemple des jeunes africains choisissant de poursuivre leurs études supérieures en Turquie.

"10 480 étudiants qui ont étudié en Turquie travaillent aujourd'hui pour nos frères africains en tant qu'ambassadeurs de coeur de la Turquie", a-t-il dit.

Erdogan a également exprimé son souhait de voir le volume des échanges commerciaux Turquie-Afrique passé de 24 milliards de dollars aujourd’hui à 50 milliards de dollars dans les prochaines années.

Alors que la Turquie a une approche respectueuse de ses partenaires africains, avec une politique du gagnant-gagnant, les pays occidentaux n’ont pas et n’ont jamais eu cette volonté, a-t-il assuré.

"Les pays occidentaux ne veulent pas le développement de l'Afrique, que son potentiel immense soit exploité et que l'ensemble du continent vive en paix", a-t-il lancé, ajoutant : "Ceux qui veulent nous donner des leçons aujourd'hui ont, pratiquement tous, un passé entaché de massacres, d'invasions et de colonisation".

Pour Erdogan, nombre de malheurs en Afrique sont le résultat des politiques colonialistes des Occidentaux. Pour cela, il a rappelé la tragédie du Rwanda.

"Vous savez sans doute mieux que nous tous quels pays colonisateurs se cachent derrière le génocide au Rwanda. L'Occident et l'ONU se sont contentés, pendant exactement 3 mois, d'observer sans agir le massacre de 800 mille personnes au Rwanda", a-t-il dénoncé.

Pour le président turc, il ne s’agit là que d’un des tout derniers exemples. Car pour lui, "derrière une grande partie des crises et conflits qui éclatent en Afrique se cachent les sociétés occidentales d'armes et de pétrole".

Le Chef de l’Etat turc a terminé son intervention en soulignant une nouvelle fois que la Turquie n’a jamais et ne partagera jamais cette approche des pays occidentaux.

"Notre pays et notre peuple n'ont jamais couru derrière le but de détourner les ressources d'un autre pays, quitte à faire couler le sang, pour sa propre prospérité", a-t-il conclu.

 

 

Hatice Şenses Kurukız, Kaan Bozdoğan, Berk Özkan, Tuncay Çakmak

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Afrique, pétrole, turquie afrique, etats-unis afrique, europe afrique, afrique ressources naturelles, colonialisme, néo-colonialisme, pétrole afrique, industrie militaire afrique, industrie militaire , Le Président Recep Tayyip Erdogan, industrie militaire europe, Sommet des leaders religieux d'Afrique

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]