Macron convoque les pays du G5 Sahel pour des « clarifications »

« La France n'est pas là avec des visées néocoloniales, impérialistes ou avec des finalités économiques. On est là pour la sécurité collective de la région et la nôtre », Macron.



Le président français Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir au cours d’une conférence de presse depuis Londres où se tient le sommet de l’OTAN, qu’il réunira le G5 Sahel le 16 décembre à Pau (sud-ouest de la France) pour obtenir des « clarifications ».

Cette initiative intervient une dizaine de jours après la morts de 13 soldats français de l’opération Barkhane, dans un accident d'hélicoptères au Mali.

« Nous devons à très court terme reclarifier le cadre et les conditions politiques de notre intervention au Sahel avec les cinq Etats membres du G5 Sahel (Mauritanie, Burkina Faso, Mali, Tchad, Niger) » a souligné le chef de l’Etat français.

Pointant du doigt « l'ambiguïté (...) à l'égard des mouvements antifrançais », il a déclaré qu’il « ne veut ni ne peut avoir des soldats français au Sahel », sans clarification à ce sujet.

Ce propos fait échos à de nombreuses polémiques au Mali mais également dans l’Hexagone sur la légitimité de la présence de la France en Afrique.

« J'ai besoin de ces clarifications pour continuer à maintenir la présence française », a-t-il prévenu, estimant que les pays du G5 Sahel lui « doivent la clarté ».

Il a poursuivi son propos en mettant en avant le fait qu’il « faut que ce soit très clair et assumé par tout le monde, et pour le moment ce n'est pas suffisamment le cas ».

A la mort des 13 soldats français au Mali le 25 novembre dernier, le discours officiel du gouvernement français a affirmé qu’ils sont « morts pour la France » mais cette version a été très rapidement mise à mal par de nombreux détracteurs, notamment par l’opposition d’extrême gauche française, qui estime que la France est présente au Sahel pour y protéger ses intérêts concernant les richesse d’uranium.

Sans revenir clairement sur ces accusations, Emmanuel Macron y a fait allusion en les balayant.

« La France n'est pas là avec des visées néocoloniales, impérialistes ou avec des finalités économiques. On est là pour la sécurité collective de la région et la nôtre », a-t-il plaidé pour convaincre de ses intentions.

La ville de Pau, d’où étaient originaires plusieurs des soldats morts dans le crash aérien entre Menaka et Gao, accueillera donc, le sommet du G5 Sahel le 16 décembre prochain.

 

 

Fawzia Azzouz, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: France, france afrique, sahel terrorisme, france mali, barkhane, france sahel, g5 Sahel, Force du G5 Sahel, force G5 Sahel, Operation Barkhane

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]