MAE libyen : La Grèce peut initier un recours devant les cours internationales

La Grèce a annoncé l'expulsion de l'ambassadeur de Libye à la suite de la ratification bilatérale de l'accord maritime entre la Turquie et la Libye.

 

Le ministre libyen des Affaires étrangères a affirmé que la Grèce peut saisir les tribunaux internationaux si elle s'oppose au protocole d'accord que son pays a conclu plus tôt avec la Turquie.

Mohamed Sayala a répondu aux questions, vendredi, de la chaîne privée Free Libya, après que la Grèce a annoncé l'expulsion de l'ambassadeur de Libye dans le contexte de la signature des protocoles d'accord entre la Libye et la Turquie sur les Zones économique exclusives (maritimes) respectives des deux pays.

Il a noté que la décision d'expulser leur ambassadeur en Grèce "est une question relevant de la Grèce".

"La Grèce n'a pas de représentation diplomatique en Libye", a déclaré Sayala. "S'il y en avait, nous expulserions également leur ambassadeur."

Il a ajouté que la Grèce retarde la démarcation des frontières maritimes depuis 2004.

Plus tôt vendredi, la Grèce a demandé à l'ambassadeur de Libye à d'Athènesde quitter le pays, après la ratification bilatérale d'un récent accord maritime entre Tripoli et Ankara. Mohamed Younis AB Menfi a 72 heures pour quitter le pays, a déclaré le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias lors d'un point de presse.

Dendias a déclaré que la décision indiquait le mécontentement de la Grèce à l'égard du gouvernement libyen reconnu par l'ONU à Tripoli et avait été prise en raison du "non-respect par le pays des règles précédemment proclamées par la Grèce sur cette question".

Le 27 novembre, la Turquie et le gouvernement d’accord national (GNA) basé à Tripoli en Libye ont signé un mémorandum bilatéral.

Le mémorandum affirme les droits de la Turquie dans la Méditerranée orientale face aux forages unilatéraux de l'administration chypriote grecque, précisant que la République turque de Chypre du Nord (RTCN) a également des droits sur les ressources de la région.

Depuis 2011, lorsque le dirigeant de longue date Mouammar Kadhafi a été renversé et tué, la Libye a vu l'émergence de deux sièges de pouvoir rivaux: un dans l'est de la Libye, auquel le commandant militaire Khalifa Haftar est affilié, et le gouvernement d'accord national, sous la direction du premier ministre Fayez Al-Sarraj, qui bénéficie de la reconnaissance de l'ONU .

 

 

 

Ali Abo Rezeg, Ümit Dönmez

Photographie : Archives, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: turquie grèce, Méditérranée Orientale, mediterranée politique, méditerranée orientale économie, méditerranée diplomatie, turquie libye, libye turquie, turquie méditerranée, grèce turquie, turquie chypre nord, grèce méditerranée, israel chypre, forage gazier méditerranée, gaz naturel méditerranée, hydrocarbures méditerranée, République Turque de Chypre Nord (RTCN), libye grèce, grèce libye

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]