Afrique centrale: une situation politique et sécuritaire «préoccupante» selon l'UNOCA

 

Le chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), François Louncény Fall, a prévenu vendredi le Conseil de sécurité de l’ONU que la situation politique et sécuritaire dans cette région demeure "préoccupante", a rapporté l'ONU sur son site.

Il a toutefois salué les succès enregistrés au cours de l’année écoulée en matière de réformes structurelles et de consolidation et construction de la paix, indique la même source.

A ce titre, il a cité la finalisation de tous les documents et instruments majeures de la réforme de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), l’adoption du Plan d’action régional pour la mise en oeuvre de la résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité, et la création d’un réseau régional de la société civile, COPAC.

L’envoyé de l’ONU dans la région a, en outre, noté que dans les prochains 18 mois, la plupart des États de cette région vont organiser de nouvelles élections.

"Dans ce contexte, les efforts de promotion du dialogue national et d’une meilleure participation des femmes et des jeunes dans la gouvernance et la consolidation de la paix se poursuivent", a-t-il dit.

François Louncény Fall a, par ailleurs, souligné que le terrorisme représentait toujours une menace à la stabilité de l’Afrique centrale, en particulier dans le bassin du lac Tchad où Boko Haram reste actif.

S’agissant du changement climatique, il a noté que celui-ci a souvent des implications directes sur la paix et la sécurité

Concernant le Cameroun, l’envoyé de l’ONU a noté que le gouvernement avait organisé un dialogue national du 30 septembre au 4 octobre, qui s’est achevé avec une série de recommandations destinés à répondre à la crise dans les régions anglophones. Il s’est toutefois dit "préoccupé par le niveau de violence qui continue de menacer la vie des Camerounais".

Selon lui, une mise en oeuvre rapide des recommandations du dialogue "constituera un pas supplémentaire vers une solution durable à la crise".

En outre, la tenue d’élections apaisées, inclusives et crédibles en 2020 "sera un test capital pour la démocratie dans le pays».

François Louncény Fall a par ailleurs noté qu’au Tchad, la situation sécuritaire dans les trois provinces qui ont une frontière commune avec la Libye et le Soudan et sont en état d’urgence représente toujours un risque pour la consolidation d’une paix durable.

Quant à la République du Congo, il a estimé qu’il fallait poursuivre les efforts visant à créer un environnement politique favorable à la tenue de l’élection présidentielle en 2021.

Il a appelé les autorités nationales et toutes les autres parties prenantes à unir leurs efforts afin de contribuer à la tenue d’un dialogue véritablement inclusif et constructif, "ce qui créera un environnement favorable à la consolidation de la paix et les conditions propices à la tenue d’une élection présidentielle apaisée, inclusive et crédible".

 

 

Nadia Chahed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: ONU, afrique politique, Afrique Centrale, afrique terrorisme, ONU Afrique, afrique sécurité, Bureau des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC)

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]