Une délégation américaine au Soudan pour des pourparlers de "normalisation"

Une délégation américaine au Soudan pour des pourparlers de "normalisation"

Les États-Unis ont levé les sanctions contre le Soudan en octobre dernier.


Une délégation du Congrès américain est arrivée dimanche au Soudan pour des entretiens avec des responsables soudanais - la première visite depuis la levée des sanctions américaines l'an dernier.

Dirigée par le député Luis Vicente Gutierrez, la délégation rencontrera le Premier ministre soudanais Bakri Hassan Salih ainsi qu'un grand nombre de hauts fonctionnaires et quelques dirigeants de l'opposition et représentants des organisations de la société civile.

Les discussions devraient se concentrer sur les moyens de normaliser les relations entre Khartoum et Washington après la levée des sanctions américaines en octobre.

Dans des déclarations faites aux médias locaux, le président du parlement soudanais, Ibrahim Ahmed Omer, a déclaré que les discussions incluront une série de questions, y compris la levée du Soudan de la liste des États américains soutenant le terrorisme.

Le Soudan a été désigné par les États-Unis en tant que commanditaire du terrorisme en 1993 pour avoir prétendument abrité des organisations terroristes.

Les négociations s'attaqueront également aux difficultés auxquelles le Soudan est toujours confronté malgré la décision des États-Unis de lever les sanctions contre Khartoum, a indiqué M. Omer.

"Nous voulons qu'ils (les Américains) voient le Soudan tel qu'il est et ne pas écouter quiconque donne intentionnellement une image négative de la situation au Soudan", a-t-il dit.

Pour sa part, L.V. Gutierrez a indiqué que la visite avait pour but d'écouter les points de vue des responsables et des législateurs soudanais et de discuter du rôle des parlements dans la normalisation des relations entre les deux pays.

"Nous sommes surtout ici pour écouter et connaître les défis qui se posent au Soudan", a-t-il déclaré. "Nous avons beaucoup de différences, mais nous croyons que la meilleure façon de les aborder est le dialogue."


Mohammed Amin, Mohammed Sabry Emam Muhammed, Ümit Dönmez



 

 

 


 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]