Trump : «J'entretiens de bonnes relations avec Erdogan»

"Le retrait de nos troupes de Syrie était la bonne décision à prendre"

 

Le président américain Donald Trump a déclaré qu'il entretenait de bonnes relations avec son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, et qu'il ne prenait pas parti en Syrie.

C’est ce qui ressort d’une déclaration accordée aux médias, à la Maison-Blanche, au terme de la signature d’un accord commercial avec le Japon.

Trump a déclaré que sa décision de retrait de Syrie était "la bonne décision à prendre".

"Notre mission en Syrie devait être de courte durée, or cela fait des années que nous y sommes (…) Il y a 50 soldats américains stationnés dans la zone où la Turquie mènera ses opérations, je ne veux pas qu’ils soient mis en danger", a-t-il expliqué.

Le président américain a indiqué avoir informé son homologue turc qu’il fallait garantir la sécurité des forces américaines sur le terrain, afin d’éviter de causer d’énormes problèmes, indiquant que la Turquie combattait son ennemi, le "PKK", depuis des années et qu’il avait lu des informations estimant qu’Obama était la cause de la guerre de entre l’allié turc et le "PKK".

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

Trump a rappelé qu’il avait porté un grand coup à l’économie turque, suite à l’affaire du pasteur américain, Andrew Brunson, prévenant que la Turquie devait se considérer comme avertie, au cas où elle agirait "hors des limites".

"Les Etats Unis ont vaincu Daech et il incombe aujourd’hui aux autres nations de la région de prendre leurs responsabilités", a martelé Trump, indiquant avoir informé la France et l’Allemagne, ainsi que le reste des pays d’Europe, qu’ils devaient impérativement rapatrier leurs ressortissants appartenant à Daech, ce que ces pays ont refusé.

Trump a affirmé que le nombre de combattants appartenant à Daech aux mains des forces américaines a atteint les 70 mille prisonniers, avant d’ajouter : "j’ai dit au président Erdogan que ces gens là sont désormais sous leur responsabilité. La Russie, la Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie, tous devront assumer leurs responsabilités dans la région", et de rappeler que Daech est l’ennemi commun de tous ces pays.

Le locataire de la Maison-Blanche a affirmé que la Russie et la Chine sont les plus déçus par le retrait américain, puisque les deux pays étaient ravis de voir les Etats Unis "s’enfoncer dans ce bourbier".

Et de renchérir : "Ils étaient ravis de nous voir gaspiller des millions de Dollars ici, mais il est temps pour nous maintenant de faire ce que l’on a à faire, il est temps pour nous de rentrer à la maison".

 

Min. turc de la défense: "L'ensemble des préparatifs de l'opération sont achevés"

Le ministère turc de la Défense a indiqué que les Forces Armées Turques (TSK) ne toléreront jamais la mise en place d'un corridor de terrorisme au niveau de ses frontières.

C'est ce qui ressort d'un message diffusé, mardi, sur le compte officiel Twitter du ministère.

"La construction d'une zone sécurisée/ d'un corridor de paix est primordiale car elle contribuera à la stabilité et la sérénité de la région et permettra aux Syriens de retrouver une vie sécurisée", lit-on dans le communiqué.

Le ministère a souligné que les Forces Armées Turques ne toléreront jamais la mise en place d'un corridor de terrorisme au niveau de ses frontières et a annoncé l'achèvement de l'ensemble des préparatifs de l'opération.

 

 

 

Hamdi Çelikbaş, Ayşe Betül Gedikoğlu,  Mourad Belhaj

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Turquie, Syrie, Donald Trump, turquie syrie, recep tayyip erdogan, pkk syrie, états-unis turquie, trump erdogan / erdogan trump, YPG, Zone de sécurité au nord de la Syrie, Zone sécurisée dans le nord de la Syrie

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]