logo iode Copie Copie

Des documents mettent en lumière les camps chinois d'internement d'Ouïghours

Des fichiers fuités du Parti communiste chinois montrent la dystopie orwellienne terrifiante au Xinjiang.

 

Des documents émanant du Parti communiste chinois révèlent le lavage de cerveau dans des camps d'internement de haute sécurité pour les Ouïghours dans la région du Xinjiang, étroitement contrôlée par le pays.

Les "câbles chinois" ont été obtenus par l'International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ), un centre de reportage financé par des donateurs basé aux États-Unis, et partagés avec 17 partenaires médiatiques aux fins de publication dimanche.

Les documents lèvent le voile sur les conditions de vie d'environ un million de membres de la communauté musulmane ouïgoure de l'extrême ouest du pays, qui seraient détenus sans procès et forcés de subir un endoctrinement.

Le gouvernement chinois a déclaré à plusieurs reprises que les camps offraient une éducation et une formation volontaires pour aider à enrayer l'extrémisme islamique. L’ambassadeur de Beijing au Royaume-Uni a affirmé à la BBC, l’un des médias partenaires de l’ICIJ, que ces documents étaient faux ou falsifiés.

Les fichiers "incluent une liste classifiée de directives" approuvées par les plus hauts responsables chinois pour la gestion de camps et un "système de collecte et d'analyse de données utilisant une intelligence artificielle" pour aider à rassembler les suspects résidents du Xinjiang, a déclaré la journaliste de l'ICIJ, Bethany Allen-Ebrahimian.

«Le système est capable de collecter de grandes quantités de données personnelles intimes grâce à des fouilles manuelles sans mandat, des caméras de reconnaissance faciale et d’autres moyens d’identifier les possible victimes de détention, et initiant des enquêtes sur des centaines de milliers de personnes simplement pour l’utilisation de certaines applications populaires de téléphonie mobile», écrit Allen-Ebrahimian.

"Les documents détaillent les directives explicites d'arrêter les Ouïghours détenant une nationalité étrangère et de suivre les Ouïghours du Xinjiang vivant à l'étranger, dont certains ont été renvoyés en Chine par des gouvernements autoritaires."

Plus tôt ce mois-ci, un autre corpus de documents du gouvernement chinois communiqués au quotidien New York Times ont révélé des détails sur les craintes de Pékin au sujet de l'extrémisme religieux et de la répression généralisée des Ouïghours.

Selon des experts des Nations Unies, et des militants, environ un million de Ouïghours et d’autres personnes, principalement des Musulmans, ont été incarcérés dans le Xinjiang dans le cadre d’une campagne de répression critiquée par les États-Unis, les nations européennes et  la Turquie.

 

 

James Reinl, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE

Mots-clés: Ouïghour, Turcique, chine disparition, chine personnes disparues, Xinjiang, Turcique Asie, Ouïghours, Minorité ouigoure, Institut Ouïghour d'Europe

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]