L'ex-MAE allemand condamne le soutien américain au PYD/YPG/PKK

L'ex-MAE allemand condamne le soutien américain au PYD/YPG/PKK

Sigmar Gabriel met en garde les États-Unis contre les conséquences désastreuses d'ignorer les préoccupations légitimes de la Turquie en matière de sécurité.


BERLIN (AA) - L'ancien ministre allemand des Affaires étrangères a fustigé l'administration américaine pour une grave erreur stratégique en Syrie en soutenant le groupe terroriste PYD / YPG / PKK, malgré les préoccupations sécuritaires légitimes de son allié de l'OTAN, la Turquie.

"Il semble que les États-Unis estiment que les tensions actuelles avec la Turquie sont temporaires ou qu'ils ont perdu de vue le rôle géostratégique de la Turquie", a déclaré Sigmar Gabriel dans un article publié par le quotidien Tagesspiegel.

"La première évaluation serait une erreur. La seconde aurait des conséquences désastreuses, surtout pour nous Européens ", a-t-il souligné.

Le politicien social-démocrate, ancien ministre de la Chancellerie Angela Merkel, a averti que l'échec des Etats-Unis face aux inquiétudes de la Turquie sur le PYD / PKK et l'aliénation croissante entre les deux alliés de l'OTAN serviraient les intérêts de Russie.

"Le désengagement de la Turquie de l'Occident, de l'OTAN et finalement de son orientation vers l'Europe représenteraitent un risque nouveau et considérable pour les Européens", a-t-il déclaré, en référence au dialogue politique intensifié et à la coopération entre Ankara et Moscou.

La Turquie a lancé l'Opération "Rameau d'olivier" le 20 janvier pour libérer la région d'Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, des groupes terroristes, face à leurs menaces croissantes dans la région.

"L'opération à Afrin de la Turquie est un message aux Etats-Unis", a souligné Gabriel, soulignant qu'Ankara semblait prête à payer le prix pour empêcher le terroriste PKK et les groupes associés de prendre le contrôle des régions frontalières avec la Turquie.

L'administration américaine a longtemps prétendu que son soutien militaire au PYD et aux YPG, les branches syriennes du PKK, était limité à la lutte contre Daech dans la région.

Cependant, il a continué à fournir des armes lourdes au groupe terroriste, même après la victoire contre Daech l'année dernière, et a annoncé en janvier des plans pour former une "force frontalière", déclenchant un tumulte à Ankara et des tergiversations à Washington.

Alors que les États-Unis considèrent le PKK comme une organisation terroriste, il n'ont pas encore inscrit ses branches syriennes PYD ou YPG parmi les organisations terroristes.

L'ancien ministre allemand des Affaires étrangères a souligné qu'il n'y avait pas beaucoup de différence réelle entre ces organisations.

"Pour la Turquie et pour la majorité des observateurs internationaux, une telle distinction est plutôt artificielle", a souligné Gabriel.

"Le PKK et YPG ont des liens très étroits, et ceux-ci ne sont pas seulement symboliques ou idéologiques. Nous devons continuer à supposer que les YPG et le PYD opèrent sous la direction stratégique du PKK, bien qu'ils jouissent d'une autonomie relative dans leurs opérations ", a-t-il ajouté.

Le PKK, qui est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne, mène une campagne de terreur contre la Turquie depuis 40 ans et a causé la mort de près de 40 000 personnes.



Ayhan Şimşek, Monis Bin Ali, Ümit Dönmez


 

 


 



L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE

 

 


 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]