France / Femme voilée agressée : « Ils ont détruit ma vie »

« Les enfants sont venus là pour apprendre : qu’ont-ils appris ? », s’indigne la victime.



Fatima, la femme voilée agressée vendredi par un élu d’extrême droite au sein du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté estime que sa vie a été détruite par cette séquence, a rapporté le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France) dans un entretien publié en ligne.

L’image de cette maman, consolant son fils en larmes après avoir vécu une humiliation publique a fait le tour des réseaux sociaux depuis cinq jours.

« La seule chose que j’ai vue, c’était la détresse des enfants. Ils étaient vraiment choqués et traumatisés », a-t-elle expliqué au CCIF qui l’a prise en charge sur les volets psychologiques et juridiques avant de préciser « il ne fallait pas que je cède : si moi je panique, les enfants auraient été encore plus traumatisés ».

Elle a expliqué avoir « essayé de les rassurer, en leur disant que les élus n’étaient pas d’accord », mais a eu, finalement, « les larmes qui commençaient à monter ».

Des élus du Conseil régional lui ont toutefois « demandé de ne surtout pas sortir, pour ne pas donner raison à Julien Odoul », son agresseur qui réclamait qu’elle retire son foulard.

Finalement, face à la violence de la scène, Fatima décide de sortir « pour ne pas craquer devant les enfants ».

Mais ce qu’elle a enduré ensuite est bien pire que ce qui a pu se dérouler dans l’hémicycle.

En sortant, la victime tombe nez à nez avec l’élue d’extrême droite Karine Champy qui l’invective à son tour.

« Vous êtes contente ?! Vous avez réussi votre coup ? », lui assène la conseillère régionale avant de la menacer directement: « vous allez voir, on va gagner. Les Russes vont arriver ! ».

Et Karine Champy de poursuivre : « Tu veux que je te pousse, c’est ça ? Tu veux que je te pousse ?! ».

Depuis cette agression islamophobe, Fatima raconte que son fils, qui a assisté à la scène, se réveille effrayé dans la nuit, ce qui a nécessité un suivi auprès d’une psychologue du CCIF.

Elle estime, par ailleurs, que son agresseur a anéanti « tout un travail que je faisais indirectement auprès de cette classe, dont les élèves d’origine immigrée étaient parfois dans une attitude de penser que la France était contre eux et qu’ils sont rejetés ».

« Les enfants sont venus là pour apprendre : qu’ont-ils appris ? »

 

 

Fawzia Azzouz, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: France, islamophobie, islamophobie europe, ccif, collectif contre l'islamophobie france, Bourgogne Franche-Comté, musulmanophobie, musulmanophobie europe, musulmanophobie france, Femme agressée

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]