Ministre turc à la France : Former les membres PYD/YPG est un appui au terrorisme

Ministre turc à la France : Former les membres PYD/YPG est un appui au terrorisme

Le ministre turc chargé des Affaires de l’Union européenne (UE), Ömer Çelik, a déclaré que "si les soldats français forment les membres du PYD/YPG, nous le considérerons comme un soutien au terrorisme".
 
 
Photographie : Ambassade de Turquie à Paris
 

C’est ce qui ressort d’un discours de Çelik prononcé lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue française, Nathalie Loiseau, jeudi à Paris, en marge de sa rencontre et le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Le principal négociateur turc a souligné que la Turquie partageait les mêmes positions que son alliée, la France, au sujet de plusieurs questions, notamment la position prise à l’égard du Régime de Bachar al-Assad.

"Nous ne voulons pas voir nos alliés former les terroristes du YPG", a-t-il lancé.

Çelik a, également, rappelé que "les forces de l’opération Rameau d’olivier avaient découvert des armes et des munitions relevant des alliés de la Turquie, dans des dépôts et des tunnels appartenant aux terroristes dans la région d’Afrin, laquelle avait été libérée, récemment, de l'emprise des terroristes".

"Nous avons le plein droit de poser des questions quant à la source de ces armes, et nous continuerons de le faire puisque nous combattons le terrorisme", a renchéri le ministre turc.

Et Çelik d’ajouter : "Si les pays qui parrainent ces terroristes les avaient pourchassé depuis ces zones, nous n’aurions pas eu à mener une opération militaire pour y combattre le terrorisme".

"Vous appuyez les terroristes et puis vous demandez pourquoi la Turquie agit !", s’est-il interrogé.

Le ministre a, d’autre part, évoqué la proposition du président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui prévoit d’appeler les pays alliés à construire des unités de logement en Syrie pour inverser les flux migratoires.

Çelik a, par ailleurs, souligné que la Turquie ne représente pas une force permanente qui s’installait en Syrie en vue de contrôler la région, se référant à d’autres pays qu’ils n’avaient pas identifiés.

Il a, également, appelé les alliés membres de la coalition internationale, y compris la France, à contribuer à la résolution collective des problèmes en Syrie.

Ömer Aydın, Meltem Bulur, Mona Saanouni, Hafal Dekmak


 

 
 

 

 


 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]