Erdogan: «L'achat des S-400 dépend totalement de la souveraineté de la Turquie»

Le Président turc souhaite que les questions liées aux choix de la Turquie concernant sa sécurité soient débattues dans le cadre des prérogatives de l'OTAN, et pas en-dehors.

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a écarté toute polémique autour de l’achat des S-400 en dehors des discussions à l’intérieur de l’OTAN.

Le Chef de l’Etat turc s’exprimait, lundi, lors de la session d’ouverture de la réunion du Conseil de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et du Dialogue Méditerranée, tenue à Ankara, la capitale turque.

Le Président Erdogan a d’abord énuméré les actions et contributions de la Turquie en faveur de la sécurité, notamment au sein de l’OTAN, à laquelle elle est membre depuis 67 ans, notamment en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo, en Macédoine ou en Afghanistan.

Il est revenu sur le cas de la Syrie.

"Alors que notre pays était visé par une série de calomnies, la Turquie a été le seul pays membre de l'OTAN à combattre Daech directement sur le terrain en Syrie, et à lui imposer des défaites", a-t-il rappelé, parlant ainsi de l’opération Bouclier de l’Euphrate dans le nord de la Syrie.

"Grâce aux régions de Syrie que nous avons nettoyé de l'emprise terroriste, nous avons permis le retour d'environ 320 mille réfugiés. Nous avons permis le retour au calme à Idleb où une grande catastrophe humanitaire menaçait. Ainsi, nous avons sauvé la vie de centaines de milliers de Syriens innocents et avons empêché un nouveau flux de réfugiés qui se seraient dirigés vers l'Europe", a-t-il poursuivi, soulignant que dans le contraire l’Europe aurait été dans une situation très compliquée.

Alors que la Turquie, dont l’armée est l’une des plus importantes au sein de l’OTAN, contribue autant à la sécurité mondiale, il n’est pas compréhensible que certains pays alliés entreprennent des actions contraires à sa sécurité et sa souveraineté, a déploré le Président turc.

"Nous attendons de nos amis de l'OTAN qu'ils agissent de manière conforme à l'esprit de l'alliance et à ses valeurs lors de sa création", a-t-il lancé.

"Rien ne peut expliquer et légitimer le fait que nos alliés fournissent des armes aux groupes terroristes qui tournent leurs armes vers notre pays, que des milliers de camions remplis d'armes et de munitions leur soient offerts, et que les cadres de ces groupes terroristes soient accueillis au plus haut niveau sur un tapis rouge", a fermement condamné Erdogan, faisant notamment référence au soutien militaire de Washington au YPG/PKK en Syrie.

Mais ce soutien ne se limite pas au YPG/PKK : "Le groupe terroriste FETO poursuit ses actions dévastatrices contre notre pays à l'étranger. Malheureusement, certains de nos pays alliés offrent, à ses cadres et ses membres qui ont pris part à la tentative de putsch, l'opportunité de fuir la justice", a-t-il ajouté.

Le Chef de l’Etat turc s’est ensuite exprimé sur l’acquisition par la Turquie du système de défense aérienne russe S-400.

"Nous n'acceptons pas que des polémiques soient engendrés sur des sujets comme l'achat des S-400 qui dépendent totalement de la souveraineté de la Turquie. Il faut que ces discussions sur les pas que nous avons entrepris pour notre sécurité nationale se fassent au sein de l'OTAN", critiquant l’approche des responsables américaines qui menacent la Turquie de diverses sanctions, comme l’annulation de la livraison des chasseurs F-35.

"Les relations que la Turquie développe avec d'autres pays et dans d'autres régions, ne sont pas alternatives, elles sont complémentaires", a terminé le Président turc.

 

 

Sefa Şahin, Tuncay Çakmak

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: otan, Turquie, Le Président turc Recep Tayyip Erdogan, Dialogue méditerranéen

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]