La Turquie rejette les décisions du Conseil des affaires générales de l'UE la concernant

Le ministère turc des AE critique l'UE de "partialité".

 

La Turquie rejette les décisions du Conseil des affaires générales (CAG) de l'Union européenne (UE) la concernant.

C'est ce qui ressort d'un communiqué diffusé par le ministère turc des Affaires étrangères, mardi, à propos de la réunion du CAG du 18 juin.

"Nous constatons que l'UE a rédigé ses décisions du point de vue chypriote grec, de manière partiale, a noté le ministère. En prenant ces décisions, l'UE a agi non comme une communauté de principes et de valeurs, mais comme un groupe d'intérêts reposant sur des négociations. Cela ne convient pas à l'esprit fondateur de l'UE."

Ces décisions montrent que l'UE est loin de comprendre les démarches qu'entame la Turquie, face aux défis survenus, selon le ministère.

"L'UE a fait une erreur importante en intégrant l'Administration chypriote grecque en 2004, a poursuivi la diplomatie turque. Maintenant, afin de pouvoir maintenir cette erreur, les relations Turquie-UE sont réduites à la question chypriote."

Le communiqué a rappelé également que les décisions de l'UE concernant la Méditerranée orientale manquaient d'un fondement juridique, et le ministère a appelé l'UE à "changer sa position partiale et détachée de la réalité".

En outre, il a été rappelé que les Chypriotes turcs avaient proposé la mise en place d'une commission d'énergie pour évaluer les ressources et les revenus énergétiques de l'île.

"Mais cette proposition a été rejetée par les Chypriotes grecs, a indiqué le ministère. Jusqu'à ce qu'une solution est trouvée pour l'île, […] la Turquie gardera sa détermination à défendre ses propres droits et intérêts dans la région, ainsi que ceux des Chypriotes turcs."

Malgré la position de l'UE, la Turquie poursuivra ses démarches déterminées et sincères concernant le processus d'adhésion à l'Union, a fait savoir le ministère.

"La Turquie, contrairement aux allégations, ne s'éloigne pas de l'UE, a conclu le communiqué. Au contraire, l'UE repousse la Turquie en n'agissant pas de manière juste et honnête, et perd sa crédibilité au sein du peuple turc. Il sera profitable pour l'UE d'abandonner l'approche partiale et d'adopter une vision stratégique quant aux défis mondiaux dont le terrorisme, la migration illégale et la sécurité énergétique."

 

 

 

Muhammet İkbal Arslan, Nur Asena Gülsoy

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]