Erdogan : le drame de Morsi ne sera jamais oublié

Le chef de l'Etat turc, Recep Tayyip Erdogan, a assuré que tous les moyens à disposition, dans le cadre du droit international, seront utilisés jusqu'au bout pour faire la lumière sur la mort du premier président égyptien démocratiquement élu, Mohamed Morsi.

 

Le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré : "comme pour le meurtre de Jamal Khashoggi, nous ne permettrons jamais au drame de Morsi d'être oublié".

Erdogan s'exprimait, jeudi, au cours d'une rencontre avec les représentants des médias internationaux, réunis au palais de Dolmabahçe à Istanbul.

Il a rappelé que la Turquie lutte pour mettre fin à la tyrannie vécue en Syrie, qui coûta la vie à près d'un million de personnes au cours des 8 dernières années, à la crise libyenne, aux combats au Yémen, à l'instabilité en Somalie, à la persécution des Palestiniens et dénoncé la montée de l'Islamophobie en occident ainsi que le deux poids deux mesures affiché face aux organisations terroristes.

Le leader turc a affirmé que c'est toujours dans ce cadre, celui d'agir contre l'injustice, que la Turquie a réagi au "massacre démocratique" vécu en Egypte avec la mort de Mohamed Morsi.

"Comme pour le meurtre de Jamal Khashoggi, nous ne permettrons jamais au drame de Morsi d'être oublié. Nous userons jusqu'au bout des moyens du droit international et lutterons pour faire la lumière sur cette affaire", a-t-il insisté.

Et Erdogan de poursuivre :

"Même si ceux qui nous donnent des leçons de droit et de liberté gardent le silence sur la mort d'un Président élu par le peuple égyptien avec 52% des voix, nous ne resterons pas silencieux. Les restrictions imposées aux médias attisent les doutes. Le premier président démocratiquement élu d'un pays agonise pendant 20-25 minutes sans qu'aucun secours ne lui soit porté. Sa famille demande à ce qu'il soit enterré dans son village, conformément à la volonté du défunt, mais la dépouille n'est pas restituée à la famille. Seuls ses deux fils et ses avocats sont autorisés à participer aux funérailles. Quel genre de meurtre est-ce ? Voilà le dirigeant qu'est actuellement al-Sissi en Egypte."

Le président turc a de nouveau martelé que l'actuel dirigeant de l'Egypte, al-Sissi, est un tyran, arrivée au pouvoir par à un coup d'Etat et invité les médias internationaux à ne pas délaisser cette affaire et à enquêter avec courage.

Il a notamment assuré que la mort suspecte de Morsi sera porté à l'ordre du jour de l'Organisation des Nations unies (ONU), "pour empêcher que de pareils drames ne se reproduisent", a-t-il insisté.

Erdogan a également profité de l'occasion pour réaffirmer son attachement à la liberté de la presse et invité les pays critiques envers la Turquie à différencier un journaliste à la recherche de la vérité au nom du peuple et celui qui n'hésitent pas à recourir à des informations fausses et manipulatrices dans le but d'agir contre un pouvoir élu démocratiquement.

"Nous n'avons jamais été opposé et ne nous opposerons jamais au fait que les organes de presse assurent un rôle de contrôle, d'observation sur les politiciens au nom et dans l'intérêt du peuple. Au contraire, ce que nous contestons c'est qu'au lieu d'être un moyen de contrôle, les médias se transforment en un outil de domination et de modelage de la politique selon leurs désirs", a-t-il souligné.

Pour le président turc, les médias, qualifiés de quatrième pouvoir, ne doit pas se transformer en un outil d'élimination des opposants.

"Notre respect est infini pour les journalistes, qui parfois au péril de leur vie, s'investissent pour faire éclater la vérité, mais nous ne considérons pas comme journaliste ceux dont le seul but est de renverser l'exécutif, tel un politicien.

Pour nous, ceux qui mettent leur plume et leur caméra au service des organisations terroristes, ne seront jamais des journalistes. Voilà le point qui échappe, volontairement, à ceux qui nous critiquent sans arrêt", a-t-il

 

 

 

Çiğdem Alyanak, Hanife Sevinç, Berk Özkan, Ayvaz Çolakoğlu

 

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: justice égypte, égypte militaire, egypte politique, morsi, mohamed morsi, Mohammed Morsi, Mort de Morsi

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]