Des experts turcs mettent en garde contre des tentatives de créer des tensions avec les États-Unis

Certaines parties cherchent à discréditer la riposte turque aux attaques terroristes en affirmant qu’il s’agit d’agressions contre les points de contrôle américains.

 

Des experts en relations internationales et en sécurité estiment que la Turquie et les Etats-Unis font l’objet d’une guerre psychologique pour les pousser à la confrontation. Il s’agit également d’actes de provocations et de désinformations visant à entraver l’opération militaire turque, "Source de Paix" menée dans l’est de l’Euphrate en Syrie.

Depuis le lancement de cette opération en coopération avec l’Armée Nationale Syrienne, une large campagne de propagande et de dénigrement ayant pour objectif d'étouffer les succès turcs réalisés sur le terrain a été enclenchée.

Dans le cadre de son droit légitime de se défendre, l’armée turque a bombardé des positions terroristes en réaction aux attaques, vendredi, contre des postes frontaliers turcs dans le district de Suruç à Sanliurfa, à 1000 mètres d’un point de contrôle américain.

Certaines parties cherchent à discréditer la riposte turque à ces attaques terroristes en affirmant qu’il s’agit d’attaques contre le point de contrôle américains. Ce qui a été catégoriquement rejeté et démenti par la Défense turque qui a assuré qu’une telle manœuvre contre les forces américaines et celles de la coalition internationale est totalement exclue.

Le professeur à l’université turque de Yeditepe, Mesut Hakki Casin, a rappelé que la Turquie a notifié toutes les parties concernées du lancement de l’opération militaire "Source de Paix". Il par conséquent, nécessaire, que les forces militaires et paramilitaires américaines se retirent de la région.

Casin a, ainsi, indiqué qu’en application d’une entente bilatérale entre la Turquie et les Etats-Unis, une administration militaire à Akcakale dans la province de Sanliurfa regroupe des généraux américains.

Il a expliqué que la présence de soldats américains dans le périmètre d’action de l’opération "Source de Paix" est contraire au Droit pénal international car la Turquie a notifié toutes les parties concernées de la nécessité de se retirer de la région. La Défense et la Diplomatie américaines ont répondu favorablement à cette requête.

Il a également ajouté que certaines parties cherchent à provoquer un conflit armé entre les deux pays membres de l’OTAN. Le plus grand danger réside dans les armes antichars que les Etats-Unis ont fait parvenir aux mercenaires et aux terroristes de l’YPG-PKK.

L’académicien turc a ajouté que ces provocations se poursuivront en prenant pour cibles les chasseurs et les blindés turcs tout en rejetant la responsabilité sur d’autres parties. Il a indiqué également l’éventualité de la survenance d'opérations secrètes réalisées par l’aviation israélienne contre la Turquie.

Le président de l’université d’Altinbas, Çagri Erhan, a, pour sa part, déploré les attaques des terroristes de l’YPG-PKK contre la partie turque de la frontière à partir de positions proches des points de contrôle américains dans le nord de la Syrie. Les terroristes visent selon lui à donner l’impression que des turcs prennent pour cibles ces points de contrôle américains. "Les Américains doivent faire preuve de beaucoup de précision, l’opération a débuté avec une bonne entente turco-américaine", a-t-il indiqué.

De même pour l’expert en politiques sécuritaires, Mete Yarar, qui a d’ores et déjà mis en garde contre les tentatives de l’YPG-PKK de créer des tensions entre les Etats-Unis et la Turquie. "Ceux qui veulent entraver l’opération en cours sont au courant des points susceptibles de créer des tensions aux Etats-Unis et mettent à profit cet avantage", a-t-il ajouté.

L’autre spécialiste en politiques sécuritaires et dans la lutte contre le terrorisme, Abdullah Agar, a déclaré, en ce sens, qu’une agence de presse internationale a affirmé que des soldats américains sont à la tête d’une patrouille militaire à Tell Abyadh. Une donnée qui est totalement erronée d’après l’expert turc car la région n’abrite aucun soldat américain. Agar a ajouté que l'organisation terroristes YPG-PKK se présente en tant que "défenseur des kurdes" alors qu’elle bombarde aussi bien les kurdes que les arabes dans la partie turque de la frontière. L’organisation terroriste accuse, par la suite, la Turquie de la responsabilité de ces agressions. "Ils assassinent leurs victimes avant de pleurer leur mort", a-t-il déploré.

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

 

 

SÜLEYMAN TUNÇ, Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Turquie, Syrie, turquie états unis, turquie syrie, pkk syrie, états-unis turquie, YPG, Zone de sécurité au nord de la Syrie, Zone sécurisée dans le nord de la Syrie, Est de l'Euphrate, Source de Paix

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]