Erdogan : La Turquie n’a commis aucun «massacre de civils»

D'après le Président turc, cette campagne de diffamation représente l'un des plus importants instruments de la propagande contre la Turquie

 

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan a sévèrement réagi aux diffamations selon lesquelles la Turquie commettrait un massacre de civils en Syrie.

Le chef de l'État prononçait un discours devant le groupe parlementaire de son Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti), mercredi au siège du Parlement à Ankara.

Ainsi, lors de son discours, Erdogan a longuement commenté les développements et les réactions en lien avec l'opération Source de Paix de l'Armée turque, lancée le 9 octobre à l'est de l'Euphrate en Syrie, contre les groupes terroristes YPG/PKK et Daech, pour éliminer le corridor de terrorisme établi près des frontières sud de la Turquie et rétablir la paix et le calme dans la région.

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

Erdogan a sévèrement réagi aux diffamations selon lesquelles la Turquie ciblerait les civils en Syrie, au cours de l'opération.

D'après le Président, cette campagne de diffamation représente l'un des plus importants instruments de la propagande contre la Turquie.

"Si vous voulez voir un massacre de civils, allez voir à Alep, à Idleb, à Hassaké, à Raqqa à Deir ez-Zor ou encore Derra en Syrie, soit les zones où la Turquie n'a pas mis le pied, a-t-il lancé. Si vous voulez voir un massacre des civil, allez voir en Afghanistan, à Arakan, dans le Haut-Karabagh, en Bosnie. Si vous voulez voir un massacre de civils, regardez Chypre avant l'intervention de la Turquie, la Palestine où les musulmans sont tués quasiment tous les jours, délibérément dans les rues. Si vous voulez voir un massacre des civils, regardez dans un miroir et observez le sang des innocents sur vos mains. La Turquie n'est pas un pays qui peut être accusée avec une telle chose. La Turquie n'a jamais commis de massacre de civils dans son histoire et ne le fera jamais."

Il a indiqué qu'avant le début des conflits et affrontement en Syrie, la Turquie avait de nombreuses fois invité l'Administration syrienne à prendre position du côté de la démocratie, de la justice et du droit.

"Nous avons surtout insisté pour qu'ils agissent de manière juste à l'égard de nos frères kurdes, exclus et écrasés, et nos frères turkmènes, opprimés à cause de leurs liens avec notre pays, a-t-il dit. Je suis un leader ayant directement affirmé ceci à Bachar al-Assad. Malheureusement, ils ont choisi la voie de la pression et de la violence."

Erdogan a rappelé qu'au cours des huit dernières années, douze millions de personnes ont été forcés à quitter leurs maisons et que parmi les six millions de Syriens ayant fui à l'étranger, 4 millions ont été accueillis par la Turquie.

En s'adressant à la Ligue arabe, Erdogan a fustigé : "combien de Syriens avez-vous accueilli? Vous avez exclu la Syrie de la Ligue arabe et maintenant vous tentez de mettre en oeuvre un projet visant à la réintégrer pour pouvoir insulter la Turquie."

Pour le Président, "ceux qui ont conçu Daech comme un projet, qui l'ont soutenu financièrement, dirigé en pratique, se placent aujourd'hui en face de la Turquie comme les plus grands ennemis de cette organisation terroriste".

"Nous savons très bien qui a joué quel rôle dans cette affaire, a-t-il lancé. C'est nous qui avons fait commencer l'écroulement de Daech dans la zone, et ce, à al-Bab. Nous y avons neutralisé 3 mille terroristes […]. Avec l'opération Bouclier de l'Euphrate, nous en avons neutralisé environ 3 mille autres, nous avons dégonfler le ballon de Daech."

Revenant sur les critiques apportés à l'opération Source de Paix, Erdogan a déclaré: "certains leaders occidentaux nous appellent à cesser l'opération. Cependant, personne ne m'a appelé pour présenter des condoléances à propos des 20 citoyens tués et des 170 citoyens blessés."

Le Président turc a appelé à ne pas faire confiance à ceux qui critiquent la Turquie.

"Reconnaissez-les bien, ne leurs faites pas confiance, a-t-il insisté. Ils ne pensaient pas que l'Armée turque allait avancer si rapidement. Ils ont vu que leurs calculs étaient mauvais, ils ont commencé à nous appeler."

S'adressant à l'Occident, à la Ligue arabe et à tous les autres pays, Erdogan a affirmé : "l'ordre changera un jour. Nous ne le souhaiterons jamais pour vous, mais sachez-le, un jour vous serez confrontés à des problèmes similaires aux nôtres. À ce moment, certains choisiront de se placer en face de vous, non pas pour soutenir votre lutte contre le terrorisme, mais pour encourager les terroristes. Soyez sûrs que vous nous comprendrez à ce moment là."

 

 

Aynur Ekiz, Ayşe Betül Gedikoğlu

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: daech, erdogan, AK Parti, turquie syrie, daech turquie, daech syrie, pkk syrie, PYD civils, turquie civils, YPG, civils, Zone de sécurité au nord de la Syrie, Zone sécurisée dans le nord de la Syrie, Est de l'Euphrate, Source de Paix

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]