Mike Pence : Nous avons scellé avec la Turquie un cessez-le-feu en Syrie

Selon l'accord trouvé, l'opération turque Source de Paix sera suspendu pour une durée de 120 heures, délai donné aux terroristes du YPG pour se retirer de la zone de sécurité dans le Nord-est de la Syrie.

 

Le vice-président américain, Mike Pence, a annoncé qu'un accord a été trouvé entre les Etats-Unis et la Turquie pour un cessez-le-feu en Syrie.

Pince a animé une conférence de presse, jeudi, à l'issue d'une réunion sur la Syrie avec le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, qui s'est déroulée au palais présidentiel à Ankara.

Il a annoncé qu'un accord a été trouvé entre les Etats-Unis et la Turquie pour un cessez-le-feu en Syrie.

"L'opération Source de Paix sera suspendue pour une durée de 120 heures"

"Les Etats-Unis vont s'assurer du retrait du YPG de la zone de sécurité (au cours d'un délai de 120 heures)"

"Notre objectif est d'assurer le retrait (du YPG) au cours des 120 prochaines heures. Le processus a démarré"

"Le YPG nous a donné l'assurance de son retrait", a-t-il poursuivi.

Mike Pence a assuré que la Turquie et les Etats-Unis sont d'accords au sujet de l'éradication totale de Daech du Nord-est de la Syrie.

Pence a également assuré que les sanctions économiques contre la Turquie seront levées une fois qu'un cessez-le-feu permanent sera établi dans le Nord-est de la Syrie.

 

Trump : Erdogan est un leader hors pair

Le président américain, Donald Trump, a salué son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, en le qualifiant de "leader hors pair".

C'est ce qui ressort des déclarations de Trump prononcées jeudi au terme de la réunion des délégations turque et américaine présidée par Erdogan et le vice-président américain Mike Pence, qui s'est tenue dans la capitale turque Ankara sur l'opération Source de Paix.

"Je veux remercier le président Erdogan et le féliciter", a déclaré Trump.

"Erdogan est un ami à moi, et je suis heureux que nous n'avons pas eu de problèmes parce que, honnêtement, c'est un leader hors pair", a-t-il ajouté.

"Erdogan est un homme fort et il a fait le bon choix. Je l'apprécie et je continuerai à l'apprécier", a-t-il martelé.

 

Erdogan répond au tweet de Trump

Le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, répond au président américain, Donald Trump: "Cher président, nous sauverons davantage de vies lorsque nous vaincrons l'ennemi principal de l'humanité qu'est le terrorisme"

Erdogan a partagé, jeudi, un message sur son compte Twitter en réponse au président américain qui s'était félicité de l'accord trouvé au sujet de l'opération turque en Syrie, Source de Paix, affirmant que des millions de vies seront ainsi sauvés.

"Cher président, nous sauverons davantage de vies lorsque nous vaincrons l'ennemi principal de l'humanité qu'est le terrorisme" a-t-il écrit.

 

Trump : L'accord avec la Turquie sur le nord de la Syrie est "une grande réussite"

Le président américain, Donald Trump, a qualifié l'accord conclu avec Ankara concernant le nord de la Syrie de "grand jour" pour la Turquie et les Kurdes.

Trump a déclaré, depuis Fort Worth dans l'Etat du Texas, que "les Kurdes sont heureux de cet accord", a rapporté l'agence américaine Associated Press.

"L'accord du cessez-le-feu conclu avec la Turquie sur le nord de la Syrie est une grande réussite", a-t-il ajouté.

"L'accord du cessez-le-feu dans le nord de la Syrie sauvera des millions de vies, ainsi que nos alliés kurdes", a-t-il martelé.

Il a souligné que "Erdogan a encore l'occasion de nous rendre visite à Washington le mois prochain".

Trump avait écrit dans ne série de tweets : "C'est une grande journée pour la civilisation... je suis fier des États-Unis d’être restés à mes côtés pour suivre une voie nécessaire mais peu orthodoxe en quelque sorte".

"Les gens tentaient de conclure (cet accord) depuis longtemps, des millions de vies seront sauvées.. félicitations à tous", a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée de jeudi, le vice-président américain, Mike Pence, a annoncé qu'un accord a été conclu entre Washington et Ankara pour un cessez-le-feu temporaire dans le nord-est de la Syrie" et pour trouver une solution appropriée à la zone sécurisée.

 

Cavusoglu: La Turquie a obtenu ce qu'elle voulait à la table des négociations

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré, "lors des négociations d'aujourd'hui, nous avons obtenu ce que l'on voulait grâce aux positions éclairées de notre président".

Cavusoglu a animé, jeudi, une conférence de presse à l'issue d'une réunion sur la Syrie entre le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, et le vice-président américain, Mike Pence, qui s'est déroulée au palais présidentiel à Ankara.

La réunion portait sur l'opération Source de Paix lancée par la Turquie contre les organisations terroristes dans le Nord de la Syrie et dans l'objectif d'y établir une zone de sécurité où les réfugiés syriens pourront retourner.

Même si le vice-président américain a parlé d'un cessez-le-feu au cours de la conférence qu'il a animé un peu plus tôt, Cavusoglu a tenu à préciser qu'il ne s'agit pas, pour l'instant, d'un cessez-le feu.

"Ce n'est pas un cessez-le-feu, nous allons juste suspendre l'opération Source de Paix pour que le PKK/YPG se retire dans les 120 heures"

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

"Il sera question d'un arrêt de l'opération qu'après le retrait des éléments terroristes."

"Il n'est pas juste question du retrait du YPG, les armes en sa possession doivent être récupérées et les abris et fortifications détruits."

"Suspendre ne veut pas dire que nous allons retirer nos soldats, nos forces de là-bas. Nous seront là-bas et continuerons à l'être", a-t-il insisté.

Le chef de la diplomatie turque a notamment affirmé que c'est la Turquie qui a mené la lutte la plus déterminée contre l'organisation terroriste Daech.

"La Turquie a menée une lutte très déterminée contre Daech. La Turquie a neutralisé 3 mille terroristes de Daesh en Syrie et 4 mille au total en comptant l'Irak."

"Nous allons également travailler en coopération au sujet de la lutte contre Daech à l'Est de l'Euphrate."

En réponse aux affirmations de Pence selon lesquelles la Turquie a promis de ne pas rentrer dans Kobané.

"Comme ce qui a été dit par Pence, nous n'avons pas dit qu'on n'allait pas rentrer. Nous n'avons donné aucune parole concernant Kobané ou autre"

Cavusoglu a conclu en déclarant, "Notre président l'a expressément dit à Trump qu'il n'était pas question pour nous de négocier avec un terroriste."

 

Déclaration conjointe turco-américaine : La zone sécurisée sera sous le contrôle des forces turques

La Turquie et les Etats-Unis sont parvenus, jeudi, à conclure un accord stipulant que la zone sécurisée soit contrôlée par l'armée turque, ainsi que la levée des sanctions imposées à Ankara.

C'est ce qui ressort d'une Déclaration conjointe sur le nord-est de la Syrie, à la suite des pourparlers tenus entre le président turc, Recep Tayyip Erdogan et le vice-président américain Mike Pence, et d'autres au niveau des délégations des deux pays.

La Déclaration affirme que "les Etats-Unis comprennent les préoccupations légitimes de la Turquie en matière de sécurité sur sa frontière sud".

"Nous reconnaissons que les développements sur le terrain, en particulier dans le nord-est de la Syrie, nécessitent une coordination plus étroite fondée sur les intérêts communs", ajoute la déclaration.

"Les deux pays réaffirment leur engagement à protéger la vie et les droits de l'Homme et les communautés religieuses et ethniques".

La même source souligne que "la Turquie et les Etats-Unis sont déterminés à poursuivre la lutte contre l'organisation terroriste Daech".

Elle note que "la Turquie et les Etats-Unis tiennent leurs promesses de protéger tous les territoires et tous les peuples des pays de l'OTAN".

"La Turquie et les Etats-Unis s'accordent sur la nécessité de cibler uniquement les éléments terroristes, leurs cachettes, leurs repaires, leurs positions, leurs armes, leurs mécanismes et leurs équipements", ajoute-t-elle.

Elle souligne également que "la partie turque s'engage à protéger tous les habitants de la zone sécurisée contrôlée par les forces turques, et souligne qu'elle accordera la plus grande attention à son objectif d'éviter tout préjudice causé aux civils et aux infrastructures".

"Les deux parties conviennent de l'importance et de l'efficacité de la mise en place d'une zone sécurisée garantissant l'élimination des préoccupations de la Turquie en matière de sécurité nationale, notamment le retrait des armes lourdes de l'YPG et la destruction de tous ses repaires", poursuit-elle.

La Déclaration conjointe indique que "la zone sécurisée sera sous le contrôle des forces armées turques et les deux parties s'emploieront à renforcer la coordination afin de mettre en œuvre tous les aspects concordants".

"Les deux pays renouvellent leur engagement en faveur de l'unité, de l'intégrité territoriale et de la solution politique en Syrie proposée par l'ONU pour mettre fin au conflit syrien conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité", souligne-t-elle.

La Déclaration conjointe turco-américaine confirme la levée des sanctions (imposées à la Turquie) imposées par un décret présidentiel américain lors de l'arrêt de l'opération Source de Paix.

 

Guterres salue l'accord turco-américain sur l'opération Source de Paix

Le Secrétaire général de l'organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, a salué l'accord turco-américain annoncé plus tôt dans la journée de jeudi sur l'opération turque Source de Paix.

Guterres a déclaré qu'il "se félicitait de tout effort visant à calmer la situation et à protéger les civils, conformément à la Charte des Nations Unies et au droit international humanitaire".

C'est ce qui ressort d'un communiqué rendu public par le porte-parole de Guterres, Stéphane Dujarric, dont Anadolu a eu copie.

Le communiqué indique que "le Secrétaire général de l'ONU reconnaît qu'il nous reste encore beaucoup à faire pour trouver une solution efficace à la crise en Syrie".

Plus tôt dans la journée de jeudi, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que "son pays suspendra l'opération Source de Paix pendant 120 heures pour le retrait de l'organisation terroriste YPG/PKK et qu'il ne s'agit pas d'un cessez-le-feu".

"Il sera question d'un arrêt de l'opération qu'après le retrait des éléments terroristes", a ajouté Cavusoglu lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion sur la Syrie entre le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, et le vice-président américain, Mike Pence, qui s'est déroulée au palais présidentiel à Ankara.

"Suspendre ne veut pas dire que nous allons retirer nos soldats, nos forces de là-bas. Nous seront là-bas et continuerons à l'être", a-t-il insisté.

Le chef de la diplomatie turque a notamment affirmé que c'est la Turquie qui a mené la lutte la plus déterminée contre l'organisation terroriste Daech.

"La Turquie a menée une lutte très déterminée contre Daech. La Turquie a neutralisé 3 mille terroristes de Daesh en Syrie et 4 mille au total en comptant l'Irak."

"Nous allons également travailler en coopération au sujet de la lutte contre Daech à l'Est de l'Euphrate."

En réponse aux affirmations de Pence selon lesquelles la Turquie a promis de ne pas rentrer dans Kobané.

"Comme ce qui a été dit par Pence, nous n'avons pas dit qu'on n'allait pas rentrer. Nous n'avons donné aucune parole concernant Kobané ou autre"

Cavusoglu a conclu en déclarant, "Notre président l'a expressément dit à Trump qu'il n'était pas question pour nous de négocier avec un terroriste."

 

 

 

Tarek Mohamed, Mostafa Kamel, Zuhal Demirci, Ayvaz Çolakoğlu, Mona Saanouni

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: Turquie, Syrie, Trump, erdogan, turquie pkk, daech turquie, daech syrie, pkk syrie, YPG, Zone de sécurité au nord de la Syrie, Zone sécurisée dans le nord de la Syrie, Est de l'Euphrate, Source de Paix, Opération Source de Paix

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]