Erdogan: «Si nécessaire, nous élargirons les limites de la zone de sécurité»

"Dans le cadre de l'opération Source de Paix en Syrie, plus de 900 terroristes ont été éliminés et 558 localités libérées dans une zone de 4 219 km2", a notamment fait savoir le Président turc.

 

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré que si les terroristes du YPG/PKK continuent d’attaquer la Turquie, malgré l’installation d’une zone de sécurité dans le nord de la Syrie, la Turquie y répondra de manière très ferme et « si nécessaire, elle élargira les limites de la zone de sécurité".

Le Chef de l’Etat turc s’exprimait, mercredi, lors de la réunion hebdomadaire, au Parlement turc, du groupe AK Parti (Parti de la Justice et du Développement), dont il est le président.

Erdogan a d’abord voulu revenir sur l’opération Source de Paix en Syrie et les accords conclu avec les Etats-Unis et la Russie.

Il s’est félicité du succès de l’opération sur le terrain, "mais aussi autour de la table".

Cependant, il a mis en garde contre les velléités des terroristes qui chercheraient à attaquer encore la Turquie.

Erdogan a également mis en garde contre toute attaque qui viendrait d'en-dehors de la zone de sécurité : "nous y répondrons de la plus forte des manières et si nécessaire, nous élargirons les limites de la zone de sécurité", a-t-il prévenu.

"A ceux qui pensaient qu'ils pouvaient faire avec la Turquie, les mêmes choses qu'avec la Syrie, l'Irak et la Libye, nous leur avons répondu en pénétrant dans leurs tanières et en détruisant tous leurs espoirs", a-t-il ensuite ajouté, faisant référence au projet de division de la Syrie.

Concernant le bilan sur le terrain des opérations, Erdogan a indiqué : "Dans le cadre de l'opération Source de Paix plus de 900 terroristes ont été éliminés et 558 localités libérées dans une zone de 4219 km2."

La lutte contre le terrorisme mené par la Turquie, à l’intérieur de son territoire et en-dehors, est une nouvelle guerre d’indépendance, semblable à celle menée au lendemain de la première guerre mondiale, affirme le Président turc.

Il estime que la Turquie avance pas à pas vers la victoire dans sa nouvelle guerre d'indépendance.

Par la suite, Recep Tayyip Erdogan a critiqué les réactions de certains pays opposés à l’opération truque contre les terroristes en Syrie. Il a dénoncé le soutien apporté au groupe terroriste PKK/YPG, en particulier en Europe.

"Avec le lancement de l'opération Source de Paix, près de 700 actions des partisans de l'organisation terroriste contre notre pays ont été réalisées à l'étranger, en particulier en Europe. La plupart de ces pays sont nos alliés dans l'OTAN et nos interlocuteurs au sein de l'UE avec qui nous négocions l'adhésion. Mais malgré cela, ces actions se font dans ces pays, et de surcroit, sous l'encadrement de la police", a-t-il noté.

Et de poursuivre : "Ceux qui n'autorisent aucune parole ou manifestation en faveur de la Turquie, offrent toutes les possibilités à l'affichage de tous les symboles du PKK dans leurs rues, alors qu'ils le reconnaissent comme une organisation terroriste".

Erdogan, s'adressant aux défenseurs des groupes terroristes, en particulier à l'Europe, a ajouté : "Vous êtes dans l'erreur. Le terrorisme que vous alimentez de vos propres mains aujourd'hui se retournera forcément contre vous demain. Nous savons aussi très bien comment vous vous démenez pour ne pas reprendre vos citoyens terroristes qui se trouvent au sein de Daech. Ils n'en veulent pas, parce que c'est aussi une question de caractère".

Le Chef de l’Etat a de la même manière condamné les initiatives prises aux Etats-Unis contre la Turquie.

Il a condamné le projet de loi adopté par la Chambre des Représentants aux Etats-Unis au sujet de la reconnaissance du prétendu "génocide arménien" et des sanctions en raison de l’opération Source de Paix.

"Ces allégations sont basées sur des informations sans fondement mises en avant par FETO, organisation terroriste qui a initié une tentative de coup d’état en Turquie. L'Amérique s'est-elle autant affaiblie pour dépendre de FETO ?", a-t-il fustigé.

Il a également dénoncé l’approche américaine au sujet de l’Armée Nationale Syrienne, opposée au régime de Damas.

''Les Etats-Unis qualifient de terroristes les membres de l'Armée Nationale Syrienne. Ils sont les véritables propriétaires de ces terres qu'ils défendent. Comment pouvez-vous les qualifier de terroristes".

"Ils ne défendent pas les opprimés, les victimes. Ils n'ont pas l'intention de le faire. Car, ils ne savent que tuer et vendre des armes. Quand il est question de pétrole, ils se précipitent. Parce qu'à leurs yeux, une goutte de pétrole vaut plus que la vie de milliers de personnes", a-t-il ajouté.

Pour le Président turc, un pays dont l'histoire est entachée de génocides, d'esclavagisme et de colonialisme, n'a ni le droit de critiquer la Turquie ni de lui donner des leçons.

Dans ce contexte, Erdogan a déclaré ne pas avoir encore pris de décision sur une éventuelle visite aux Etats-Unis, initialement prévue pour le 13 novembre.

 

 

Meltem Öztürk, Tuncay Çakmak

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: Russie, États-Unis, Syrie, pkk, Europe, turquie syrie, turquie pkk, pkk syrie, Le Président turc Recep Tayyip Erdogan, YPG, Zone de sécurité au nord de la Syrie, Source de Paix

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]