Le PM turc critique le nouveau parti politique du PYD/PKK en Syrie

Le PM turc critique le nouveau parti politique du PYD/PKK en Syrie

Binali Yildirim a affirmé que la Turquie ne pourra pas être trompée par ces démarches, contrairement à certains de ses pays amis.


Le Premier ministre turc, Binali Yildirim a critiqué le nouveau parti politique du PYD/PKK en Syrie, créé avec l'appui américain.

Le chef du gouvernement a animé un point de presse, jeudi à l'aéroport Esenboga d'Ankara, avant d'entamer sa visite en Bosnie-Herzégovine.

Il a commenté la création du prétendu parti politique par l'organisation terroriste PYD/PKK en Syrie, appelé «L'Avenir de la Syrie», avec l'appui des États-Unis.

«Ils changent de nom et de place souvent, a fait remarquer Yildirim. Ils portent un nom en Syrie et un autre en Irak. Mais lorsque nous levons le couvert, nous voyons que c'est toujours la même organisation. Ils peuvent tromper certains de nos pays amis pour un moment, mais ils ne pourront pas tromper la Turquie.»

Yildirim a insisté que la Turquie ne permettra pas de tels groupes politiques près de ses frontières.

Le chef du gouvernement a aussi commenté la déclaration finale publiée au terme de la réunion du Conseil turc de sécurité nationale, mercredi.

«Le terme 'organisation terroriste projet' utilisé dans cette déclaration, est assez clair, a-t-il affirmé. Ces organisations terroristes ne naissent pas spontanément. Certains groupes les préparent sous forme de projet. Ces organisations qui servent les objectifs de ces groupes, sont créées sur ordre, et sont manipulées.»

Yildirim a ajouté que le terme a été utilisé dans la déclaration afin d'attirer davantage l'attention du peuple.

«Ce sont des organisations qui servent ceux qui leurs paient», a-t-il martelé.

Le Premier ministre a en outre donné des détails concernant sa visite à Sarajevo.

Il a précisé qu'il rencontrera le président du Conseil des ministres, Deniz Zvizdic, puis avec les membres du Conseil de présidence de la Bosnie-Herzégovine, ainsi que les membres du Parlement.

Yildirim a aussi dit qu'il se réunira avec les hommes d'affaires turcs et bosniaques dans le pays, puis les étudiants de l'Université internationale de Sarajevo.

«Nous nous souvenons tous des grandes tragédies vécues dans les Balkans, au début des années 1990, a-t-il noté. Pour éviter que cette crise ne se répète, les pays de la région doivent tous assumer leur responsabilité commune. La Turquie fait aussi de son mieux pour la paix et la stabilité dans les Balkans.»



İlkay Güder, Nur Asena Gülsoy, Ömür Melih Üzelce

Photographie : Hakan Göktepe, Agence Anadolu


 


 

 


 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]