1915 : La Turquie partage la douleur historique des citoyens arméniens

1915 : La Turquie partage la douleur historique des citoyens arméniens

La Turquie continuera de trouver des solutions aux problèmes des citoyens arméniens, a déclaré le président Erdoğan.

 La Turquie partage "la douleur historique des citoyens arméniens", a déclaré mardi le président Recep Tayyip Erdogan.

Dans un communiqué envoyé à l'église arménienne d'Istanbul à l'occasion d'une cérémonie de commémoration de la perte de vies arméniennes pendant la Première Guerre mondiale, le président turc, Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie avait "la responsabilité consciencieuse de partager la douleur historique des citoyens arméniens".

Le président a présenté ses condoléances aux familles des Arméniens ottomans qui ont perdu la vie lors des événements de 1915. Il a également présenté ses condoléances à la nation turque pour la perte de vies de millions de citoyens ottomans "à cause des guerres, des migrations, des conflits et des maladies" au cours de la même période.

"Nous nous empressons d'aider non seulement notre peuple, mais aussi ceux de l'Andalousie à l'Afrique, de l'Asie du Sud à l'Europe, quelles que soient leurs croyances, leurs cultures et leurs ethnies", a déclaré Erdogan.

Erdogan a ajouté que la Turquie à l'avenir continuera à "partager la douleur et essayer de trouver des solutions" aux problèmes des citoyens arméniens.

La position de la Turquie est que la mort des Arméniens dans l'est de l'Anatolie en 1915 a eu lieu lorsque certains Arméniens d'Anatolie se sont rangés du côté des envahisseurs russes et se sont révoltés contre les forces ottomanes. Une réinstallation subséquente des Arméniens a entraîné de nombreuses victimes.

Ankara n'accepte pas le prétendu génocide, mais reconnaît qu'il y a eu des pertes de part et d'autre pendant les événements de la Première Guerre mondiale.

La Turquie s'objecte à la présentation des incidents comme un "génocide" mais décrit les événements de 1915 comme une tragédie pour les deux parties.

Ankara a proposé à plusieurs reprises la création d'une commission conjointe d'historiens de Turquie et d'Arménie, en plus des experts internationaux pour s'attaquer au problème. Ces propositions ont systématiquement été refusées par les autorités arméniennes.

Ilkay Guder, Satuk Buğra Kutlugün, Salman Hamid Siddiqui, Monis Bin Ali, Ümit Dönmez

 

MESSAGE DU PRÉSIDENT TURC A LA CEREMONIE RELIGIEUSE CÉLÉBRÉE AU PATRIARCAT ARMÉNIEN D’ISTANBUL
(24 AVRIL 2018)

"Révérend Patriarche Aram Ateşyan, Vicaire général du Patriarcat arménien de Turquie

Mes très distingués citoyens arméniens,

Je voudrais vous saluer de tout cœur et avec mes sentiments les plus sincères.

Vous êtes réunis sous le toit du Patriarcat arménien d’Istanbul aujourd’hui pour rendre hommage aux Arméniens ottomans qui ont perdu la vie dans les conditions difficiles et pénibles au cours de la Première Guerre mondiale.

Je commémore avec respect les Arméniens ottomans décédés et présente une fois de plus mes sincères condoléances à leurs enfants et descendants.

A cette occasion, je souhaite également la miséricorde et le pardon divins aux millions de citoyens ottomans que nous avons perdus au cours de la même période en raison des épidémies, des migrations, des guerres et des conflits.

Tout au long de l’histoire, nous avons été une nation qui ne divise pas les souffrances et qui ne fait pas une concurrence entre elles, mais qui les partage toujours.

En plus de nos peuples vivant sur notre propre terre, nous avons couru également pour aider tout le monde de l’Andalousie à l’Afrique, de l’Asie du Sud à l’Europe.

Ce faisant, nous n’avons jamais pris en compte la foi, la langue, la religion, l'identité ethnique ou culturelle de quiconque.
Aujourd'hui également, nous essayons de renforcer notre fraternité, notre empathie, notre paix et notre sérénité en préservant notre patrimoine en tant que pays.

Partager les souffrances vécues par nos citoyens arméniens au cours de l’histoire et compatir avec eux, à leur douleur, sont une exigence de la position morale et de la conscience de la nation turque.

Si Dieu le permet (İnşallah), nous continuerons à partager vos souffrances et à trouver des solutions à vos difficultés et problèmes dans la période à venir également.

En aucun cas, nous ne permettons pas l’aliénation ou la discrimination d’un seul citoyen en raison de sa croyance, de sa religion ou de sa tradition.

Je crois que nos citoyens arméniens continueront à accroître davantage leurs contributions à la culture, à l'humanité, à la politique et à la vie commerciale.

Comme cela a été le cas jusqu’à présent, je vous demande de ne pas donner, dans le futur également, aucune occasion à ceux qui cherchent à inciter à la haine, à l'hostilité et à la violence de l’histoire, en déformant notre passé conjoint.

Avec ces considérations, je rends hommage une fois de plus avec respect aux Arméniens ottomans que nous avons perdus lors de la Première Guerre mondiale.

Je voudrais exprimer mes salutations et mes respects à tous les citoyens qui ont participé à cette cérémonie de commémoration."

Recep Tayyip ERDOĞAN
Président de la République de Turquie

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]