Le régime syrien prend le contrôle de Khan Cheikhoun avec le soutien de la Russie

Les districts Morik et Kafr Zita, dans le sud de Khan Cheikhoun, ont notamment été inclus dans les zones contrôlées par le régime syrien.

 

Les forces du régime de Bachar al-Assad, avec le soutien aérien russe, ont pris le contrôle du district Khan Cheikhoun, en piétinant l'accord d'Astana et le consensus d'Idleb.

Une opération pour entrer dans Khan Cheikhoun avait été lancée par le régime syrien, avec un soutien terrestre des groupes terroristes étrangers, soutenus par l'Iran, des forces spéciales russes et des mercenaires.

Les forces du régime ont d'abord encerclé dans Khan Cheikhoun par l'ouest du district, ils y ont saisi deux points de contrôle. Ils ont ensuite saisi, mercredi après-midi, un troisième point de contrôle, encerclant ainsi l'ensemble du district.

Ils sont ensuite entrés dans le centre de Khan Cheikhoun. Par ailleurs, les districts Morik et Kafr Zita, dans le sud de Khan Cheikhoun, ont notamment été inclus dans les zones contrôlées par le régime syrien.

A noter que la Russie a apporté un important appui aérien au régime syrien et aux forces iraniennes lors des attaques contre Khan Cheikhoun.

 

112 mille personnes ont fuit Khan Cheikhoun

Ce district, lié à la province d'Idleb, avait interpelé la communauté international après que le régime y avait mené une attaque chimique, le 4 avril 2017, causant la mort d'une centaine de personnes.

Le mécanisme conjoint d'enquête des Nations Unies (ONU) et de l'OIAC (organisation pour l'interdiction des armes chimiques), le JIM, avait prouvé, le 26 octobre 2017, que l'attaque à l'arme chimique avait été commis par le régime syrien.

Les 4-5 mai 2017, la Turquie, la Russie et l'Iran, lors de la réunion d'Astana, avaient proclamé la zone de désescalade d'Idleb, incluant notamment Khan Cheikhoun.

Cependant, Khan Cheikhoun a toujours continué d'être la cible des attaques du régime de Bachar al Assad et de ses soutiens.

Près de 112 milles civils ont été forcés au déplacement à cause des attaques de la Russie, des groupes terroristes étrangers soutenus par l'Iran et du régime syrien.

Actuellement, il n'y a plus de civils dans le centre de Khan Cheikhoun.

 

 

Burak Karacaoğlu, Eşref Musa, Selen Temizer, Ayşe Betül Gedikoğlu

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Syrie, russie syrie, Idlib, conférence astana syrie, Bachar al-Assad, Régime syrien, processus d'Astana, Khan Cheikhoun, zone de désescalade d'Idleb

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]