Guterres: Nous sommes confrontés à la possibilité d'un conflit dans le Golfe et le monde ne peut en supporter les conséquences

Lors de l'allocution du Secrétaire général Antonio Guterres s'adressant aux dirigeants du monde lors l’ouverture de la 74ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies

 

Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres, a mis en garde, mardi, contre « la possibilité de l'éclatement d'un conflit armé dans le Golfe et dont le monde ne pourra pas supporter les conséquences.»

Il a ajouté que « toute erreur de jugement peut conduire à une confrontation majeure », appelant les dirigeants du monde à « faire tout leur possible pour faire prévaloir la raison et la retenue».

C'est ce qui ressort du discours d'ouverture, inaugurant la 74ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, en présence des leaders et des dirigeants du monde.

Dans son allocution, le Secrétaire général a souligné que "la récente attaque contre les installations pétrolières saoudiennes est totalement inacceptable", tout en mettant en garde contre "l'éclatement d'un conflit armé dont le monde ne pourrait supporter les conséquences".

Riyad avait annoncé, samedi dernier, avoir maîtrisé deux incendies dans les installations "Abqaiq" et "Khurais" de la société "Aramco", pris pour cible lors d'une attaque de drones revendiquée par le groupe yéménite "Houthi".

Les États-Unis, par la voix du secrétaire d’État Mike Pompeo, ont accusé, la semaine dernière, l’Iran d’être derrière l’attaque, ce que Téhéran a formellement démenti.

Les États-Unis ont annoncé, samedi, qu'ils enverraient des renforts militaires dans la région du Golfe, à la demande de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis.

Sur le volet de la crise syrienne, le Secrétaire général a déclaré qu’"un grand pas en avant a été franchi hier (lundi) pour sortir du drame Syrien, conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité".

Il a ajouté: "Comme annoncé hier, un accord a été conclu avec toutes les parties concernées, pour mettre en place un Comité constitutionnel crédible, équilibré et complet appartenant à la Syrie et sous direction Syrienne."

"Mon Envoyé spécial (Geir Pedersen) a quitté Damas après la finalisation des derniers détails avec le gouvernement et l'Opposition. Les Nations Unies s'attendent à ce que la Commission se réunisse à Genève dans les prochaines semaines", a-t-il poursuivi.

Le Secrétaire général des Nations Unies a annoncé lundi la création du comité constitutionnel Syrien, qui devrait débuter ses travaux dans les semaines à venir, dans le cadre des efforts visant à mettre fin à la guerre qui dure depuis 2011.

Guterres a déclaré, depuis le siège de l'ONU, que "le Régime de Bachar al-Assad et le comité de négociation syrien (de l'Opposition) avaient convenu d'établir "un comité constitutionnel crédible, équilibré et complet sous la direction des Nations Unies".

Il a ajouté qu'il se félicitait des progrès réalisés par le gouvernement et l'Opposition, ajoutant que son Envoyé spécial pour la Syrie, Geir O Pedersen, avait géré l'accord conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies de 2015.

Guterres a souligné que le comité chargé de rédiger la constitution tiendra sa première réunion dans les prochaines semaines.

La résolution 2254 prévoit une réforme de la constitution syrienne dans le cadre d'une transition politique et exhorte toutes les parties à cesser immédiatement les attaques contre des cibles civiles. Elle appelle également les États membres du Conseil de sécurité des Nations unies à soutenir les efforts de cessez-le-feu.

La résolution appelle également les Nations Unies à réunir les deux parties au conflit, afin d'entamer des négociations et organiser des élections libres sous les auspices des Nations Unies, dans la perspective d'une transition politique.

 

Le Président iranien Rohani s'entretient avec son homologue français, Macron

Le Président iranien, Hassan Rohani, et son homologue français, Emmanuel Macron ont examiné les relations bilatérales et les questions régionales à intérêt commun.

Les deux leaders se sont entretenus à New York, lundi, en marge de la 74ème Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies (ONU).

Un communiqué de la Présidence iranienne a ainsi indiqué que Rohani et Macron ont également abordé l’initiative iranienne pour la paix dans le détroit d’Ormuz.

Rohani a réaffirmé la responsabilité des États signataires de l’accord sur le nucléaire iranien dans sa préservation après le retrait américain.

Le Président iranien a également déclaré que Téhéran vise à faire participer tous les États de la région à son initiative, en ajoutant que cette coopération dépasse le cadre sécuritaire pour englober l’aspect économique.

Cette initiative iranienne est intervenue deux jours après l’annonce de Washington se rapportant au déploiement d’effectifs militaires supplémentaires dans la région du Golfe, à la demande de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis.

Les États-Unis et l’Arabie saoudite ont accusé l’Iran d’être derrière la récente attaque contre les installations de l’entreprise pétrolière saoudienne Aramco. Des accusations que Téhéran a rejeté en menaçant de riposter contre toute action militaire la concernant.

 

Nouvel accord sur le nucléaire iranien : Téhéran rejette une proposition européenne

Le ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté, mardi, une proposition européenne concernant la conclusion d’un nouvel accord sur le nucléaire iranien après le retrait unilatéral de Washington de l’accord de Vienne de 2015.

Lundi, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne ont appelé l’Iran à des négociations concernant son programme nucléaire et plusieurs autres questions d’ordre sécuritaire.

Le chef de la diplomatie iranienne, Javad Zarif, a, ainsi, déclaré sur Twitter : "L’échec de ces 3 Etats à honorer leurs engagements contenus dans l’accord sur le nucléaire sans l’autorisation de Washington était apparent depuis le mois de mai 2018".

Zarif a ajouté : "La seule solution à cette incapacité à agir est la volonté d’élaborer un processus indépendant des exigences et des revendications américaines contradictoires avec le Plan d'action global commun (PAGC)". "Il n’y aura pas de nouvel accord tant que celui-ci n’a pas été respecté", a-t-il indiqué.

Les tensions entre l’Iran et les Etats-Unis se sont accentuées suite au retrait unilatéral de Washington de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien ainsi qu'aux sanctions américaines contre les secteurs des hydrocarbures et financier iraniens.

L’Iran a, en réaction au retrait américain, réclamé aux Etats européens signataires de l’accord de Vienne de lui fournir davantage de soutien économique et financier dans l’objectif de préserver l’accord.

 

L'Arabie Saoudite n'exclut pas l'option militaire pour répondre aux attaques d'Aramco

Le ministre ministre d'Etat saoudien aux Affaires étrangères, Adel al-Joubeir, a déclaré, mardi, que son pays n'exclut pas l'option militaire pour répondre aux attaques contre Aramco.

Al-Joubeir s'exprimait devant les journalistes en marge des réunions de la 74ème session de l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

Il a ajouté que l'Arabie Saoudite enquête sur l'origine des missiles tirés sur deux sites appartenant au géant pétrolier Aramco.

"Après l'annonce des résultats de l'enquête sur les attaques d'Aramco, nous déterminerons nos options de réponse, qu'elles soient militaires, diplomatiques ou économiques", a-t-il ajouté.

"Nous croyons que c’est l'Iran qui est responsable de l'attaque, car les armes sont iraniennes", a-t-il précisé.

Il a souligné la volonté de son pays à "éviter la guerre à tout prix, mais nous ne resterons pas les bras croisés devant les menaces de l'Iran".

 

 

 

 

Tarek Mohamed, Abduljabar Aburas, Mohammed Maher Ben Romdhane, Mona Saanouni

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Arabie Saoudite, iran arabie saoudite, Iran, ONU, arabie saoudite militaire, arabie saoudite pétrole, Assemblée Générale des Nations Unies, antonio guterres, FRANCE IRAN, Guterres, Golfe, Conflit, Détroit d'Ormuz, Ormuz, Aramco

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]