Défense russe : Retrait de 34 mille terroristes YPG de la zone sécurisée en Syrie

Dans le cadre de l'accord turco-russe, selon un communiqué publié par Youri Borenkov, le responsable du Centre russe pour la réconciliation en Syrie relevant du ministère russe de la Défense

 

Le ministère russe de la Défense a annoncé, mardi, le retrait de 34 mille terroristes du YPG/PKK de la zone sécurisée dans le nord de la Syrie dans le cadre de l'accord turco-russe.

C'est ce qui ressort d'un communiqué rendu public par Youri Borenkov, le responsable du Centre russe pour la réconciliation en Syrie relevant du ministère russe de la Défense, dans lequel il a abordé le mémorandum d'entente entre la Turquie et la Russie.

"La partie russe a pleinement mis en oeuvre les mesures conclues dans le mémorandum d'entente signé entre la Turquie et la Russie le 22 octobre 2019", a déclaré Borenkov.

"Jusqu'à 18h, mardi 29 octobre, 34 mille membres qui forment 68 factions du YPG se sont retirés", a-t-il poursuivi en soulignant "le retrait de plus de 3 mille armes et équipements militaires à 30 kilomètres de la ligne de contact avec les forces armées turques".

Il a ajouté que "les forces du Régime syrien ont mis en place 84 postes sur la frontière turque, dont 60 à Qamishli et 24 autres dans la zone de Aïn al-Arab (Kobané)".

Par ailleurs, il a souligné que "la police militaire russe a mené des patrouilles dans les sentiers de Jarablus-Kuran, Qamishli-Fakira, et Qamishli-Simalka depuis le 23 octobre 2019".

Le responsable a indiqué que la partie turque a fourni des informations sur les travaux relatifs à la mise en oeuvre des dispositions du mémorandum d'entente, quotidiennement.

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

 

Défense turque : Nous avons fait preuve de détermination pour l'application de l'accord de Sotchi sur la Syrie

Le ministère turc de la Défense a déclaré, mardi, que la partie turque a fait preuve de la détermination nécessaire pour l'application de l'accord conclu avec la Russie concernant la zone syrienne de l'est de l'Euphrate, le 22 octobre courant.

C'est ce qui ressort d'un communiqué rendu public mardi soir par le ministère turc de la Défense.

"Au terme du délai de 150 heures, la partie russe nous a informés du retrait de l'YPG et de ses armes lourdes à 30km de la frontière turco-syrienne et de Manbij et de Tall Rifat également", indique le communiqué.

"Nous lancerons des patrouilles conjointes turco-russes à l'ouest et à l'est de la zone de Source de Paix, à 10km de profondeur, excepté la ville de Qamishli", ajoute-t-il.

Il souligne également "le lancement des activités de démantèlement des mines et des engins explosifs improvisés dans les zones des patrouilles".

Le communiqué note également que "la Turquie ne permettra jamais la création d'un corridor terroriste à sa frontière sud et notre lutte contre les organisations terroristes, notamment Daech et YPG/PKK, se poursuivra fermement'.

"Nous veillerons au retour de nos frères syriens déplacés, de manière volontaire et en toute sécurité dans leurs foyers et leurs terres par l'établissement d'un corridor de paix dans la région", conclut-il.

 

Cavusoglu : "nous croyons Moscou mais nous ne pouvons pas faire confiance aux terroristes"

"Nous croyons Moscou mais nous ne pouvons pas faire confiance aux terroristes", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu.

Le chef de la diplomatie turque a animé un point de presse conjoint avec ses homologues russe, Sergueï Lavrov, et iranien, Jawad Zarif, mardi à Genève.

"La Russie a annoncé que le YPG s'est retiré, a déclaré Cavusoglu. Nous croyons nos partenaires russes mais nous ne pouvons pas faire confiance aux terroristes. Si nous repérons des terroristes du YPG/PKK dans la zone sécurisée en Syrie, nous n'hésiterons pas à les éliminer."

Le ministre a qualifié de "progrès très important", le lancement des discussions sur une nouvelle Constitution syrienne.

"Je suis optimiste, a conclu Cavusoglu. Cependant, nous voyons bien les éventuelles difficultés. En tant que pays garants du processus d'Astana, nous continuerons à fournir le soutien nécessaire."

 

 

 

 

 

 

Ali Cura, Nur Asena Gülsoy, Mona Saanouni

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 



Mots-clés: Russie, Turquie, Syrie, turquie russie, russie syrie, turquie syrie, turquie pkk, russie militaire, turquie russie militaire, YPG, Zone de sécurité au nord de la Syrie, Est de l'Euphrate, Source de Paix, Opération Source de Paix

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]