«Les Syriens expatriés pourront rentrer chez eux après l'accord Turquie-États-Unis sur Manbij»

«Les Syriens expatriés pourront rentrer chez eux après l'accord Turquie-États-Unis sur Manbij»

La feuille de route bilatérale sur Manbij, en Syrie, a un calendrier qui devrait prendre moins de six mois, selon le ministre turc des Affaires étrangères.

Une feuille de route élaborée par la Turquie et les États-Unis permettra aux personnes déplacées de force par les terroristes des YPG / PKK à Manbij, en Syrie, de rentrer chez elles, a annoncé lundi le ministre turc des Affaires étrangères.

Mevlüt Çavuşoğlu a déclaré à la résidence de l'ambassadeur de Turquie aux États-Unis, Serdar Kılıç, à Washington, après avoir rencontré le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo: "La Turquie et les États-Unis travailleront sur les détails de la feuille de route pour débarrasser Manbij, en Syrie du groupe terroriste YPG / PKK."

Il a indiqué que les deux pays ont confirmé la feuille de route centrée sur Manbij sur la base des recommandations du groupe de travail conjoint entre les deux pays sur la Syrie, ajoutant qu'il existe une date spécifique et qu'elle dépend des mesures prises sur le terrain.

Mais ce sera réalisé dans moins de six mois, selon Cavusoglu.

 

Rétablissement de la confiance mutuelle

Exhortant Washington à ne pas s'engager sur une tangente particulière sur la question de la Syrie, il a souligné que les deux parties devaient être honnêtes dans la construction d'une meilleure relation.

Rappelant que le but de la feuille de route est de débarrasser Manbij des terroristes et d'assurer la sécurité et la stabilité de la ville, Cavusoglu a déclaré que la feuille de route serait mise en œuvre en trois étapes visant à retirer les forces YPG / PKK de Manbij, le retrait des personnes affiliées aux YPG / PKK des organisations gouvernementales locales, et l'établissement de patrouilles conjointes américano-turques et d'une nouvelle administration locale basée sur la population locale.

Le chef de la diplomatie turque a noté que l'objectif de la feuille de route est essentiellement pour Washington de rester fidèle à sa promesse faite en 2016 d'empêcher les YPG de diriger le conseil local à Manbij, ajoutant que cela pourrait être réalisé dans d'autres régions de la Syrie pour ouvrir la voie au retour des personnes déplacées par force.

Si le problème de Manbij était résolu, cela réglerait une partie d'un problème majeur qui divise Ankara et Washington. La Turquie s'est longtemps opposée à l'appui des États-Unis au terroriste PYD / PKK, une branche syrienne du terroriste PKK et à la cible de la récente opération «Rameau d'olivier» de la Turquie à Afrin, en Syrie.

 

Brouhaha autour de la livraison des F-35 à la Turquie

Au sujet de la livraison des avions américains F-35 en Turquie - que certains responsables américains ont tenté de mettre en doute -, Cavusoglu a signalé que la date n'avait pas changé. "[La livraison] aura lieu le 21 juin comme prévu", a-t-il déclaré.

Il a précisé que la Turquie avait rejeté le "langage menaçant" des États-Unis sur la question, disant que ce n'était "pas constructif".

Critiquant les États-Unis pour avoir tenté de forcer la Turquie à ne pas acheter de systèmes de défense antiaérienne S-400, il a rappelé que la Turquie avait essayé d'acheter des systèmes de défense aérienne Patriot aux Etats-Unis, mais qu'ils n'avaient jamais été vendus à la Turquie.

"C'est la raison pour laquelle la Turquie, qui a un besoin urgent de ces armes, a choisi de les acheter en Russie", a-t-il ajouté.

Donnant l'exemple des avions de combat F-35, Cavusoglu a déclaré que si Washington décidait de ne pas vendre de F-35 à la Turquie, personne ne pourrait dire à la Turquie de ne pas acheter d'avions d'un autre pays ou de ne pas produire ses propres avions.

"Mais nous ne pensons pas que nous en arriverons à ce stade", a-t-il noté.

 

FETO aux États-Unis

Cavusoglu a également rapporté que Pompeo lui avait dit que le FBI "enquêtait sérieusement sur l'organisation terroriste Fetullah (FETO) sur le sol américain" et qu'un groupe de travail conjoint avait été établi sur l'extradition de Fetullah Gulen, le chef du groupe terroriste.

Citant Pompeo disant que les Etats-Unis considéreront sérieusement ce que la Turquie fournit comme preuve, Cavusoglu a souligné que sa remarque était importante parce que l'administration précédente ne pouvait pas prendre de mesures sérieuses dans ces domaines.

"Il n'y a aucune raison pour que les États-Unis nous regardent avec méfiance: nous n'avons pas commis d'erreur à cet égard mais malheureusement, la présence du leader de FETO sur le sol américain, le soutien aux terroristes YPG en Syrie, en particulier à Manbij, ont été des violations [par les États-Unis] de notre confiance", a ajouté Cavusoglu, exprimant l'espoir que le dialogue entre les ministères sera meilleur avec Pompeo en tant que nouveau secrétaire d'État.

La présence de Gulen, le leader de FETO, dans l'État américain de Pennsylvanie, malgré les demandes d'extradition de la Turquie, est une pomme de discorde entre la Tutquie et les États-Unis. La Turquie a également décrié la présence d'écoles liées aux FETO - une source de revenus pour le groupe - à la fois aux États-Unis et dans d'autres pays du monde.

FETO était derrière le coup d'état défait du 15 juillet 2016 en Turquie qui a tué 250 personnes et en a blessé environ 2 200 autres.

 

Safvan Allahverdi, Sibel Uğurlu, George Albert Bernard, Ümit Dönmez

Photographie : Fatih Aktaş, Agence Anadolu, Washington DC, États-Unis, 4 juin 2018

 







L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Bu hafta en çok okunanlar


Top News of the Week


 


 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]