Le facteur iranien dans les relations Turquie-Arabie Saoudite

Le facteur iranien dans les relations Turquie-Arabie Saoudite

actualite-news.com/fr vous propose une traduction de l'article en anglais de Yasin Aktay publié par Middle East Observer mardi 12 juin 2018 et intitulé «Le facteur iranien dans les relations Turquie-Arabie Saoudite». Ceci est une traduction fidèle de l'article en anglais, elle ne reflète pas le point de vue éditorial de notre site Web d'actualité.
 
 
 
 
Middle East Observer
 
Yasin Aktay
 

 Traduction par Ümit Dönmez

 

 


Yasin Aktay est membre du parlement turc et figure de proue du Parti de la Justice et du Développement (AK Parti) au pouvoir en Turquie. (Publié dans le journal, Yeni Şafak, le 28 mai 2018)

 

Nous avions précédemment déclaré que l'image de la Turquie qui se reflétait sur les écrans de l'Arabie saoudite et que l'image de l'Arabie saoudite reflétée sur les écrans de la Turquie n'étaient pas agréables du tout de nos jours. La question ne se limite pas à la langue reflétée dans les nouvelles sur certains événements ou sa partialité seulement. En ce qui concerne la Turquie, la situation n'est pas du tout un sujet de campagne.

Il est hors de question que quiconque en Turquie soit impliqué dans une campagne hostile contre l'Arabie Saoudite. Tout au plus, l'Arabie saoudite peut-être perturbée par la langue utilisée dans les commentaires par rapport à certains événements, ou il peut y avoir un discours orientaliste évident reflété dans les nouvelles. Ce n'est pas sans importance, cependant, une campagne hostile est tout à fait hors de question.

Malheureusement, la situation dans les médias arabes est bien au-delà de ce niveau. De nos jours, il y a une intense campagne de dénigrement et d'attrition contre la Turquie. Il y a une forte propagande de certaines forces en provenance d'Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis avec des images bien préparées affirmant que la Turquie est dans le chaos de nos jours, que les activités de vol à la tire, en particulier contre les touristes arabes, seraient en hausse, et qu'il peut y avoir un incident de terrorisme à n'importe quel moment dans n'importe quelle partie de la Turquie.

En images, il est suggéré que l'Europe, les États-Unis ou n'importe quelle partie du monde est beaucoup plus sûre que la Turquie et que visiter la Turquie est déraisonnable au vu des circonstances. Dans le même temps, il y a une forte recommandation à ceux qui ont des investissements en Turquie pour arrêter et retirer leurs investissements par des commentaires exagérés sur les pertes qu'ils pourraient subir à l'avenir en référence à la dévaluation de la livre turque.

Cela semble être une étape qui complète l'attaque que nous avons commencé à vivre au moment où nous sommes entrés dans le processus des élections du 24 juin. Dans le même temps, il s'agit d'un événement significatif montrant qui s'allie avec qui dans la campagne électorale du 24 juin. La campagne ne restera pas à un niveau où les candidats présenteront leurs programmes aux électeurs, ou où les manifestes électoraux seront discutés. Plus que cela se produit à travers des interventions externes.

Nous allions mentionner les facteurs qui affectent les relations entre la Turquie et l'Arabie saoudite, en particulier la façon dont ces facteurs se reflètent dans les médias des deux parties. Qu'est-ce qui pousse les médias à agir de cette manière?

L'un des sujets les plus importants qui déterminent les relations entre la Turquie et l'Arabie Saoudite est l'Iran. Les relations de la Turquie avec l'Iran ont en quelque sorte un effet sur ses relations avec l'Arabie Saoudite. C'est parce que l'Iran est une menace claire pour l'Arabie Saoudite qui est face à face avec l'Iran sur de nombreux fronts. L'Arabie Saoudite se bat dans la coalition de légitimité qu'elle a formée contre les Houthis qui sont soutenus par l'Iran au Yémen. Elle ressent la menace de l'Iran au Liban, en Syrie, en Irak et surtout à ses propres frontières.

Les Saoudiens s'inquiètent du soutien de la Turquie [à l'Iran], notamment en ce qui concerne le programme d'énergie nucléaire au Conseil de sécurité de l'ONU et, plus récemment, contre le retrait des États-Unis de l'accord. Cependant, cette angoisse provient d'un malentendu sur l'attitude de la Turquie. La Turquie ne soutiendra jamais l'Iran contre l'Arabie Saoudite, mais elle ne considérera jamais l'Iran comme un ennemi non plus.

D'un autre côté, les activités de l'Iran qui menacent l'Arabie Saoudite dérangent aussi la Turquie et, à cet égard, la Turquie se rapproche certainement de l'Arabie saoudite. Elle [la Turquie] s'oppose fermement aux politiques expansionnistes sectaires mises en œuvre par l'Iran en Syrie, en Irak et au Yémen, et elle est particulièrement anxieuse vis-à-vis de ces politiques. En particulier, elle ne s'abstiendra pas de considérer la menace sectaire de l'Iran envers l'Arabie saoudite comme une menace contre elle-même.

En fait, la partie intéressante est que la menace de l'Iran contre l'Arabie Saoudite ou les pays du Golfe ne provoque rien d'autre qu'une augmentation des ventes d'armes des États-Unis, qui sont également considérés comme des ennemis de l'Iran. Chaque fois que la menace iranienne vient à l'ordre du jour, on voit que les pays du Golfe achètent des milliards d'armes aux États-Unis. Cet événement seul nous suffit pour comprendre la réalité de la relation fonctionnelle entre l'Iran et les États-Unis.

D'un autre côté, le soutien de la Turquie au programme nucléaire iranien ne signifie pas qu'elle embrasse les activités et les erreurs de l'Iran dans d'autres domaines. Le soutien de la Turquie est entièrement basé sur un principe. Tout le monde, même l'Iran, a le droit à l'énergie nucléaire pacifique. Cependant, personne, même Israël, n'a le droit d'avoir un programme d'armes nucléaires.

Avec cette attitude, la Turquie dévoile l'hypocrisie et l'approche sans scrupules des États-Unis et de l'ordre mondial en général. Pourquoi les puissances qui gardent le silence sur les armes nucléaires qu'Israël possède s'opposent-elles aux armes nucléaires pacifiques de l'Iran? Le but est d'articuler cette question et de constituer une conscience politique. L'objectif bien sûr ne peut pas être de prendre le parti de l'Iran contre l'Arabie Saoudite.

En fait, la Turquie a récemment apporté un soutien similaire à l'Arabie saoudite. En ce qui concerne les indemnisations qui seront versées aux familles des personnes décédées lors des attentats du 11 septembre, la Turquie s'est fermement opposée aux États-Unis qui tentaient de faire payer l'Arabie saoudite.

Avec cette position, la Turquie a donné un message fort que nous pouvons résoudre nos propres problèmes dans nos régions, et a exprimé que nous pouvons très bien pratiquer nos propres politiques indépendantes contre les États-Unis. De cette façon, une méthode a été trouvée pour résoudre un différend sans prendre côtés et d'éviter de porter le différend au niveau de l'hostilité.

Nous continuerons à évaluer les facteurs affectant les relations entre la Turquie et l'Arabie Saoudite.

 

Yasin Aktay

 


 



 

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News

16 novembre 2018

RADIO MIT - Radio Made in Turkey - RSS News


 

Imprimer E-mail

  • [javascript protected email address]

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]