Erdogan : C'est au peuple syrien de décider de l'avenir d'al-Assad

Erdogan : C'est au peuple syrien de décider de l'avenir d'al-Assad

Le président turc a indiqué, sur l'affaire de l'assassinat du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, que les investigations menées par les services turcs n'étaient pas terminées.

 

"Que va t-il advenir d'al-Assad ? C'est au peuple syrien que revient cette décision" a déclaré le président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui répondait aux questions des journalistes, lors de la conférence de presse commune organisée, samedi, à l'issue du sommet quadripartite d'Istanbul sur la Syrie.

Un sommet inédit Turquie-Russie-Allemagne-France s'est déroulé à Istanbul à l'initiative du président turc, Recep Tayyip Erdogan afin de trouver une issue à la crise syrienne.

C'est en compagnie des présidents russe, Vladimir Poutine, français, Emmanuel Macron et de la chancelière allemande, Angela Merkel qu'Erdogan s'est présenté face aux journalistes pour tenir une conférence de presse à l'issue du sommet.

Les quatre leaders ont notamment répondu aux questions des journalistes.

Interrogé sur l'avenir de Bachar al-Assad, Erdogan a estimé que c'est au peuple syrien que revient cette décision.

Sur la situation à Idleb, il a rappelé que tous les efforts avaient pour objectif de permettre aux civils de vivre sereinement.

"Notre seul objectif est de rétablir la sérénité des civils, et jusqu'à aujourd'hui 60 mille d'entres eux sont retournés à Idleb, ce qui témoigne du succès de ce processus. Pour cela, je remercie le président Poutine. Je remercie également tous ceux qui y ont contribué", a-t-il assuré, avant de préciser que le retrait des armes lourdes du centre ville avait permis cela.

Au sujet de l'application sur le terrain de l'accord sur Idleb, Erdogan a souligné le fait que la Turquie a, jusqu'à présent, respecté ses engagements.

"Le point important de l'accord d'Idleb, c'est le placement sous contrôle par la Turquie des forces radicales et l'instauration d'une zone démilitarisée de 15-20 km contrôlée par la Russie pour contenir la menace du régime", a-t-il expliqué.

A la question d'un journaliste sur l'assassinat du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul, Erdogan a rappelé que les investigations menées par les services turcs ne sont pas terminées et qu'elles se poursuivent "avec rigueur".

"Qui a envoyé ces 18 individus en Turquie ? Les autorités saoudiennes doivent y répondre", a estimé le chef de l'Etat turc avant de rappeler les propos du ministre saoudien des Affaires étrangères sur l'existence d'un complice local en Turquie.

"Un responsable saoudien a parlé d'un complice local. Qui est cette personne, il est tenu de le dévoiler", a-t-il lancé.

Erdogan a, en outre, précisé avoir communiqué des informations sur l'affaire à ses hôtes d'aujourd'hui, lors des entretiens bilatérales réalisés avant l'ouverture du sommet.

 

Andaç Hongur, Ayvaz Çolakoğlu

Photographie : Cem Öksüz, Arif Hüdaverdi Yaman, Onur Çoban, Arif Akdoğan et Kayhan Özer - Agence Anadolu, à Istanbul, en Turquie, le samedi 27 octobre 2018

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]