Manifestations à New York en solidarité avec les Ouïghours

Manifestations à New York en solidarité avec les Ouïghours

Les manifestants appellent la communauté internationale à faire pression sur la Chine pour qu'elle mette fin à la persécution de la minorité musulmane ouïghoure.

 

Photographie : Les politiques répressives du Parti communiste et de l'État chinois sur le peuple ouïghour au Turkestan oriental (Xinjiang - Chine) ont été contestées devant le consulat général de Chine à New York, aux États-Unis.
La manifestation était organisée par l'association turque İslam Toplumu Milli Görüş (IGMG), le samedi 9 février 2019.
Par İslam Doğru - Agence Anadolu

 

 

Des manifestations ont eu lieu samedi devant la mission chinoise à New York contre l’oppression des Turcs Ouïghours par Pékin au Turkestan oriental.

Organisée par l'Organisation islamique de la vision nationale (IGMG), une organisation non gouvernementale turque, la manifestation a rassemblé des Turcs ainsi que des Turcs Ouïghours vivant aux États-Unis afin de faire entendre une voix solidaire avec les Ouïghours.

Réunis devant le bâtiment du consulat à Manhattan, la foule portait des drapeaux turcs ainsi que du Turkestan oriental et scandait des slogans tels que «Liberté au Turkestan oriental», «Arrêtez de tuer les Ouïghours».

Ayhan Ozmekik, président d’IGMG aux États-Unis, a déclaré à la foule :

"Nous nous sommes réunis pour condamner l’oppression du gouvernement chinois contre les Ouïghours, musulmans."

Il a également évoqué la disparition samedi du poète et musicien ouïghour Abdurehim Heyit, affirmant que le célèbre chanteur "avait été arrêté injustement et martyrisé en prison".

"Nous condamnons cet incident abominable, qui reflète amèrement la politique d'assimilation et de persécution de la Chine au Turkestan oriental", a ajouté Ozmekik.

L'association a également appelé les dirigeants du monde entier à ne pas rester silencieux sur la question.

Dolkun Isa, président du Congrès mondial des Ouïghours, qui était à New York pour assister à une conférence sur les Droits de l'Homme, a récemment rappelé que les violations des droits de l'homme au Turkestan oriental se poursuivaient depuis de nombreuses années.

Il a appelé l'ONU, les États-Unis, la Turquie et d'autres pays à faire pression sur les autorités chinoises pour qu'elles mettent fin à la persécution de la minorité musulmane turcique dans la région autonome du Xinjiang ouïghour.

Plus tôt samedi, la Turquie a exhorté les autorités chinoises à respecter les droits humains fondamentaux des Turcs Ouïghours et à fermer les camps d'internement.

"Ce n'est plus un secret que plus d'un million de Turcs Ouïghours condamnés à des arrestations arbitraires sont torturés et soumis à un lavage de cerveau politique dans des camps d'internement et des prisons", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères Hami Aksoy.

"Les Ouïghours qui ne sont pas détenus dans ces camps sont soumis à une forte pression.

"Nos parents et nos citoyens d'origine ouïghour vivant à l'étranger ne peuvent pas avoir de nouvelles de leurs proches dans la région. Des milliers d'enfants ont été retirés de leurs parents et sont devenus orphelins", a-t-il ajouté.

La Turquie a également appelé la communauté internationale et le secrétaire général des Nations unies "à prendre des mesures efficaces pour mettre fin à cette tragédie humaine au Xinjiang", selon le communiqué.

La région chinoise du Xinjiang abrite environ 10 millions de Ouïghours. Le peuple musulman turcique, qui représente environ 45% de la population du Xinjiang, accuse depuis longtemps les autorités chinoises de discrimination culturelle, religieuse et économique.

Selon le Wall Street Journal, la Chine a renforcé ses restrictions sur la région au cours des deux dernières années, interdisant aux hommes de porter la barbe et aux femmes de porter la voile, et présentant ce que de nombreux experts considèrent le programme de surveillance électronique le plus étendu au monde.

Selon des responsables américains et des experts de l'ONU, jusqu'à un million de personnes, soit environ 7% de la population musulmane du Xinjiang, sont incarcérées dans un réseau en expansion de camps de «rééducation politique».

 

 

İslam Doğru, Handan Kazancı, Sorwar Alam, Ümit Dönmez

 


ACTUALITÉ CONNEXE "OUÏGHOUR" / "XINJIANG"  / "CHINE"

 

Des intellectuels et des scientifiques ouïghours sont toujours disparus
11 février 2019

La Turquie appelle la Chine à fermer les camps de détention des Ouïghours
9 février 2019

Des manifestations à Berlin en solidarité avec les Ouïghours
21 décembre 2018

Les législateurs indonésiens appellent à l'action contre la persécution des Ouïghours
13 décembre 2018

Chine : Des expatriés ouïghours dénoncenent les pressions sur leurs familles au Xinjiang
28 juin 2018

Chine: Appels à hisser le drapeau national sur les mosquées
21 mai 2018

La Chine interdit le port de la barbe et du niqab au Turkestan oriental
30 mars 2017

Un académicien ouïghour emprisonné en Chine remporte un prix des Droits de l'Homme
12 octobre 2016

Un glissement de terrain fait 35 morts dans le Xinjiang
7 juillet 2016

La Chine s’oppose à l’attribution d’un prix des droits humains à un leader ouïghour
1 avril 2016

 

 



 

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]