Contrairement aux États-Unis et à la Russie, la priorité de la Turquie est la sécurité des civils

La Turquie attache la plus grande importance à ne cibler que les abris, les cachettes, les positions, les armes, les véhicules et les outils des terroristes en faisant attention à ce que les infrastructures civiles soient épargnées.

 

 

Photographie : Archives, Agence Anadolu

Crédits et galerie : Murat Usubaliev, Ümit Dönmez, 16 octobre 2019

 

 

 

Contrairement aux Etats-Unis et à la Russie, la Turquie met en avant la sécurité des civils, lors des opérations anti-terroristes menées en Syrie.

La Turquie attache la plus grande importance à ne cibler que les abris, les cachettes, les positions, les armes, les véhicules et les outils des terroristes en faisant attention à ce que les infrastructures civiles soient épargnées.

Le ministère de la Défense a déclaré que lors de l'opération "Source de Paix", tout a été mis en œuvre, avec la plus grande rigueur, afin que les civils, les monuments historiques et culturels, les infrastructures publiques ainsi les éléments alliés ne subissent aucun préjudice.

Cette situation a pu être constatée lors du direct diffusé le 14 octobre par l'Agence Anadolu (AA) depuis Tal Abyad.

Les caméras ont pu relater qu'après 4.5 ans passé sous l'occupation des terroristes, les habitants de cette ville ont repris le cours normal de leur vie dans la sécurité et la sérénité.

Même les aides humanitaires n'ont pas été interrompues lors des opérations à Afrin

Cette sensibilité des forces armées turques (TSK) a pu être observé à la fin de la dernière opération "Rameaux d'oliviers" menée à Afrin.

En mars 2018, lorsque l'opération a pris fin et que les forces de l'ordre sont rentrées dans la ville, on a pu observer que seuls les points où étaient stationnés les terroristes avaient subis des dégâts.

D'ailleurs, les observateurs de l'ONU et de la Croix Rouge avaient pu confirmer cette attention après avoir constaté que des bâtiments comme les hôpitaux et les mosquées n'avaient aucun impact de balle.

Grâce aux garanties données par la Turquie, la Croix Rouge avait fait parvenir les aides humanitaires à Afrin.

Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires (Ocha), qui dépend du Secrétariat des Nations Unies, avait précisé, le 6 février 2018, que malgré l'opération "Rameaux d'oliviers", la distribution des aides n'avaient pas subi d'interruption dans la région.

Cette sensibilité de la Turquie a d'ailleurs été, une fois de plus, prouvé le 23 février, lorsque l'armée turque avait pris en chasse deux convois avançant vers Afrin. L'un de ces convois, appartenant à des civils, avait été épargnée tandis que celle qui transportait des munitions avait été détruite.

 

Les civils ont payé cher l'opération de Mossoul

Contrairement à la Turquie, les Etats-Unis, qui ne prennent pas en compte la présence de civils, ont causé des dégâts considérables, avec leurs prétendus alliés locaux, lors des opérations menées en Irak et en Syrie.

Les Etats-Unis ont bombardé pendant 9 mois, la ville de Mossoul, considérée comme le fief de Daesh.

En septembre 2016, la ville a effectivement été nettoyée des membres de Deash, mais elle a été complètement ruinée.

A la fin des opérations, des corps de civils ont été retrouvés sous les décombres.

Le Haut-Commissariat des Droits de l'Homme en Irak avait fait état de 4 milles 720 corps retrouvés. Parmi eux, 2 milles 666 corps avaient pu être identifiés tandis que les 2 milles 54 autres n'avaient pu l'être.

Raqqa a été détruite à 90%, la ville est devenue une fosse commune

Les Etats-Unis, avec l'aide qu'ils ont apporté à l'organisation terroriste du YPG/PKK en Syrie, ont pu chasser Daesh de Raqqa en octobre 2017.

En comparaison des anciennes images prises par Anadolu, on a pu constater que Raqqa a été complètement ravagée.

Raqqa, a été la ville du plus grand nombre de civils tués pendant les opérations menées en Syrie. La découverte de fosses communes a démontré l'ampleur des ravages.

Tandis qu'elle ne possédait que deux cimetières, après les opérations menées par les américains avec le soutien du YPG/PKK, entre novembre 2016 et Octobre 2017, la ville s'est transformée en cimetière géant où les corps des personnes décédées ont été enterrés n'importe où.

Selon un rapport du Réseau syrien des droits de l'homme (SNHR), publié en mars 2019, environ 2 milles 323 personnes, dont 543 enfants et 346 femmes ont été tuées. La plupart était des civils.

De plus, Amnesty International avait appelé les Etats-Unis, la France et l'Angleterre, le 5 juin 2018, à faire toute la lumière et à avouer "l'ampleur des pertes humaines et de la destruction de la ville".

Après les attaques, 560 milles civils, dont la majorité de Raqqa, ont dû quitter leurs maisons.

Anadolu, avait mis en évidence la bataille pour la survie de la population

Anadolu avait fait plusieurs reportages avec des habitants qui n'avaient d'autres choix que de retourner à Raqqa après la destruction.

Les vidéos diffusées par Anadolu, montraient une ville complètement anéantie avec des bâtiments détruits des deux côtés de la rue ainsi que des voitures sous les gravats.

Par ailleurs, certains magasins avaient fermé à cause des bombardements. Au retour, les commerçants avaient constaté que certains bâtiments n'avaient plus de toit et que les volets de leurs magasins avaient été forcés. Les images montraient également une ville complètement pillée.

 

Les massacres russes à Alep

Le comportement des russes n'a été guère différent de celui des américains.

La ville d'Alep, assiégé entre septembre et décembre 2016 par les soldats de Bachar Al-Asad, a vu s'intensifier les bombardements russes, rayant pratiquement une partie de la ville de la carte.

L'aviation russe a pris directement pour cible les quartiers Est de la ville.

Selon les informations du SNHR, en 3 mois de siège, 442 civils dont 121 enfants et 71 femmes ont été tués. Environ 45 milles civils ont de fuir vers les zones au nord de la Syrie, contrôlées par les opposants au régime.

 

Le ministre russe de la Défense discute avec son homologue américain de la Syrie

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou a eu un entretien téléphonique avec son homologue américain, Mark Esper, à propos de la situation en Syrie, selon un communiqué du ministère russe de la Défense.

Le communiqué a souligné que les deux responsables ont discuté de questions d’intérêt mutuel, dans le contexte de la situation en Syrie.

Mercredi dernier, l'Armée turque, avec la participation de l'Armée nationale syrienne, a lancé l'opération Source de Paix dans la région située à l'est de l'Euphrate, dans le but de la débarrasser des terroristes du YPG/PKK et de Daech et de créer une zone sécurisée pour le retour des réfugiés syriens dans leur pays.

L'opération militaire vise à éliminer les efforts qui sont déployés pour établir un corridor terroriste le long de la frontière sud de la Turquie et pour apporter la paix et la stabilité dans la région.

 

Trump : Pence et Pompeo se rendront mercredi en Turquie

Le président américain, Donald Trump, a déclaré, mardi, que son adjoint, Mike Pence et le Secrétaire d'Etat Mike Pompeo se rendraient mercredi en Turquie pour discuter d'un cessez-le-feu dans le nord de la Syrie.

C'est ce qui ressort d'un discours prononcé par Trump et repris par le Washington Post américain.

"Nous appelons à un cessez-le-feu, et pour ce, Pence et Pompeo se rendraient en Turquie mercredi pour œuvrer en faveur d'un cessez-le-feu en Syrie et créer les conditions d'une solution négociée", a-t-il ajouté.

Il a également souligné que "Pence et Pompeo dirigeraient une délégation qui comprend également le conseiller à la sécurité nationale Robert O'Brien et l'émissaire américain pour la Syrie James Jeffrey.

La Maison Blanche a indiqué, dans un communiqué dont Anadolu a eu copie, que "Pence s’entretiendrait avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, jeudi, pour réaffirmer l'engagement de Trump à imposer des sanctions économiques à la Turquie jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée sur la Syrie".

L’Administration américaine a annoncé, lundi, l’inscription de trois ministres et de deux ministères turcs sur la liste des sanctions, dans le cadre du ciblage de l’opération Source de Paix, menée par l’Armée turque contre des organisations terroristes dans le nord de la Syrie.

 

Turquie : Cavusoglu se réunira avec O'Brien

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu s'entretiendra avec le Conseiller américain à la Sécurité nationale, Robert O'Brien.

Des sources diplomatiques turques ont annoncé, mercredi, que Cavusoglu accueillera O'Brien cet après-midi, au siège du ministère, dans la capitale turque, Ankara.

 

Erdogan s'entretient avec le président russe, Poutine, sur la Syrie

Le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe, Vladimir Poutine, ont discuté des récents développements en Syrie et en Libye.

C'est ce qui ressort d'un communiqué diffusé mardi par la Présidence turque.

Les deux présidents ont effectué un entretien téléphonique, a annoncé la Présidence.

Ils ont discuté des sujets bilatéraux et des récents développements régionaux.

Erdogan a, au cours de cet entretien, indiqué que l'opération Source de Paix contribuera à l'intégrité territoriale de la Syrie et au processus politique.

 

ONU : l'évolution de la situation dans le nord de la Syrie au menu du Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies (ONU) s’apprête à débattre, mercredi, à huis clos, de l’opération turque Source de Paix et de l'évolution de la situation dans le nord de la Syrie.

La session se tiendra à la demande de cinq pays européens, à savoir la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Pologne et la Belgique, selon des sources diplomatiques.

 

 

 

Ahmet Furkan Mercan, Yıldız Nevin Gündoğmuş, Betül Yürük, Ümit Dönmez, Nur Asena GÜLSOY, Mourad Belhaj, Mona Saanouni, Ayvaz Çolakoğlu

 

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: États-Unis, Syrie, civil, états-unis syrie, russie syrie, turquie syrie, russie militaire, turquie militaire, etats unis militaire, Raqqa, civil moyen orient, turquie civils, ONU Syrie, Civils tués, La sécurité civile, civils, Source de Paix

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]