Cameroun / Crise Anglophone : un gendarme tué et quatre blessés dans le Sud-ouest

En moins d'un mois, ce sont huit militaires camerounais qui ont été tués dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun

 

Au moins un gendarme a été tué et quatre autres blessés, dans le Sud-Ouest anglophone du Cameroun selon une source officielle locale.

L’agression a eu lieu dimanche. « Un militaire a été tué et quatre autres blessés dimanche dans la zone d’Eyoumoujock », localité située vers la frontière du Nigéria, a affirmé le gouverneur du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilai.

« Arrivés au poste de contrôle, les gendarmes ont découvert que les séparatistes avaient planté une mine, samedi nuit, sur les lieux. En voulant se replier, ils sont tombés dans l’embuscade des terroristes sécessionnistes », a rapporté le gouverneur.

En moins d'un mois, ce sont huit militaires camerounais qui ont été tués dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, dans des attaques attribuées par les autorités camerounaises aux séparatistes anglophones.

« Nous constatons que les séparatistes ont changé de techniques d’attaque. Ils utilisent de plus en plus des engins explosifs. L’armée régulière doit s’adapter par rapport à cette méthode aussi dangereuse », explique le géo-stratège, Alfred Fuller (colonel camerounais à la retraite).

Ce nouvel incident intervient au moment où les partenaires du Cameroun multiplient des efforts pour une médiation entre l’Etat du Cameroun et les séparatistes.

Au cours des dernières semaines, la Suisse a pris des mesures pour organiser des pourparlers entre le gouvernement du Cameroun et les leaders séparatistes, sur fond d’appels internationaux à résoudre la crise.

Une délégation de parlementaires allemands a récemment séjourné dans le pays pour proposer une médiation aux protagonistes.

Au cours des trois dernières années, les régions anglophones du Cameroun étaient empêtrées dans un cycle de violences meurtrières qui ont fait « au moins 2 000 morts et délogé près d’un demi-million de personnes » de leurs maisons, selon un rapport publié le 22 juillet 2019 par l’ONG Human Rights Watch.

 

 

Peter Kum, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: hrw, human rights watch, Cameroun, hrw afrique, crise anglophone, Human Rights Watch (HRW)

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]