Burkina Faso / Sommet de la Cedeao : pour la sauvegarde de l’intégrité territoriale des États

Publié par Wendyam Valentin Compaoré, Lassaad Ben Ahmed le . Publié dans Actualité Afrique

Les chefs d’Etat se sont fixés également pour objectifs de sauvegarder les institution et de sécuriser les citoyens et leurs biens





Les chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (Cedeao) se sont fixés comme objectifs : «la sauvegarde de l’intégrité territoriale de leurs Etats, la sauvegarde de leurs institutions démocratiques républicaines et la sécurisation de tous les citoyens, ainsi que la protection de leurs biens».


Les chefs d’Etat de la Cedeao étaient en sommet extraordinaire, samedi à Ouagadougou.


Pour le président de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao Issoufou Mahamadou, président de la république du Niger, «ces objectifs politiques ne peuvent être atteints que si les Etats «s’engagent fermement à éradiquer le terrorisme, la piraterie maritime, le crime organisé, les conflits inter-communautaires et le banditisme».


Pour réaliser ces objectifs politiques et stratégiques, Issoufou Mahamadou note que les «Etats ont renforcé leurs capacités opérationnelles et de renseignement».


«Ils ont également procédé à la mutualisation des moyens en mettant en place la Force Conjointe pour le G5 Sahel et la Force mixte multinationale pour le bassin du lac Tchad. A ces forces, s’ajoutent celles de l’opération Barkhane et celle de la Minusma, dont la mission se limite au maintien de la paix», a-t-il affirmé.


Malgré la mise en place de tous ces mécanismes, les attaques terroristes ne cessent de s’amplifier dans les Etats du G5 Sahel.


Aussi, le président Nigérien pense «qu’il faut renforcer les capacités opérationnelles et de renseignement de la Force mixte multinationale et la Force conjointe du G5 Sahel qui opèrent respectivement dans le bassin du lac Tchad contre Boko Haram et dans le Sahel».


«Cela signifie que nous devons renforcer les capacités opérationnelles et de renseignement des forces de défense et de sécurité au niveau national».


A cela, il souhaite «également la mise en place d’une coordination efficace entre les différents acteurs engagés dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé».


«C’est à ce niveau que nos populations attendent de notre organisation et des autres partenaires un engagement fort à la hauteur de la gravité de la situation actuelle», a-t-il déclaré.


Etaient présents à ce sommet, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, le représentant spécial de l’Union européenne pour le Sahel, le président de la commission de l’Union Africaine, l’envoyé spécial de la république française pour le Sahel et celui de la République fédérale d’Allemagne, les représentants de l’Algérie, du royaume du Maroc et des Etats Unis d’Amérique.


Ces partenaires ont tous salué l’initiative de la Cedeao de se mettre ensemble pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé.

 

 

Wendyam Valentin Compaoré, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Afrique de l'Ouest, Burkina Faso, Sahel, CEDEAO, sahel terrorisme, ouest afrique terrorisme, burkina faso terrorisme, Ouagadougou, ouest afrique migration, ouest afrique réfugiés, Sommet de la Cedeao

Imprimer