Mali : l’opposition boycotte des rencontres avec le pouvoir

Dans le cadre du «dialogue national inclusif».

 

L’opposition malienne a boycotté les premières rencontres de dialogue avec le pouvoir dans les districts de Bamako, les 14 et 15 octobre, ont annoncé des opposants.

«On n’a rien à leur proposer. Ceux qui font le dialogue aujourd’hui sont responsables de la déchéance du Mali», a indiqué Oumar Mariko, président du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi), dans un point de de la presse. Il a même appelé la population à se soulever contre le régime en place.

«On est soucieux de la situation dans laquelle se trouve notre peuple aujourd’hui. Mais on ne va pas avec les gens qui s’amusent avec le peuple», a insisté le responsable de l’opposition malienne.

Lundi, le pouvoir malien a débuté les rencontres inscrites dans le cadre du «dialogue national inclusif » au niveau du district de Bamako. Dans un communiqué de presse daté du 3 septembre, l’Union pour la République et la démocratie (URD), principal parti de l’opposition, avait déjà annoncé sa non-participation aux rencontres.

Censées regrouper l’ensemble de la classe politique, la société civile et les groupes armés membres de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), ces rencontres se tiennent en prélude d'un dialogue national qui se penchera sur la crise politique et sécuritaire auxquelles le Mali fait face depuis plusieurs années.

Tout comme l’opposition, la CMA et une partie de la société civile malienne boycottent également les rencontres.

Le «dialogue national inclusif» avait été annoncé le 16 avril dernier par le président malien Ibrahim Boubacar Keita [photo] et le "National democratic institue" (NDI), un organisme américain de promotion de la démocratie.

Selon les termes de référence, le dialogue devra permettre, entre autres, de débattre et de proposer des solutions aux «insuffisances de la gouvernance» et de proposer des pistes et aboutir à un large consensus «pour asseoir et consolider la paix, la sécurité et le vivre ensemble dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali».

Les premières rencontres, dans le cadre de ce dialogue, ont débuté le lundi 7 octobre dernier, au niveau des communes à l’intérieur du pays.

Une rencontre nationale, dont la date n’est pas encore précisée, fera la synthèse des différentes rencontres et prendra des décisions.

Le Mali fait face depuis 2013 à un climat sécuritaire tendu, en raison des attaques terroristes et des conflits inter-communautaires.

La situation s’est nettement dégradée au centre où les violences sont récurrentes.

Le lundi 30 septembre, une double attaque a visé le camp des forces armées maliennes de Boulkessi et le poste militaire de Mondoro, tous situés dans la région de Mopti.

Selon le dernier bilan officiel, au moins 38 soldats maliens ont été tués dans les deux attaques.

Le samedi 12 octobre dernier, le siège de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) de Sévaré, région de Mopti, a été attaqué par des manifestants protestant contre la présence des bases militaires étrangères au Mali.

Suite à une réunion tenue le même jour avec les responsables des forces de défense et de sécurité, le gouverneur de Mopti a décrété un couvre-feu à Sévaré de 18h (17h GMT) à 6h (5h GMT) du matin.

 

 

Illa Kané, Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Le président malien Ibrahim Boubacar Keita

Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Mali, Bamako, mali politique, Coordination des Mouvements de l'Azawad, minusma, ibrahim boubakar keita, ibrahim boubacar keita, Ibrahim boubaker Keita, CMA, Dialogue National

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]