Niger : l’opposant Hama Amadou reconduit en prison

Dans le cadre de sa condamnation dans l’affaire dite des bébés importés.

 

L’opposant Hama Amadou a été reconduit, lundi, à la prison civile de Filingué, à près de 200 kilomètres au nord-est de Niamey, dans le cadre de sa condamnation dans l’affaire dite des "bébés importés", a appris Anadolu de sources concordantes.

«Ce matin, aux environs de 7h00 (06h GMT), le Président Hama Amadou s’est volontairement présenté devant le parquet du Tribunal de grande instance hors classe de Niamey qui en a pris acte. Il a ensuite regagné la prison civile de Filingué», a rapporté sur sa page Facebook l’opposant Ibrahim Bana, membre du Mouvement démocratique nigérien (MODEN-FA/LUMANA-AFRICA), le parti de Hama Amadou.

Joint par Anadolu, lundi, Omar Cissé, un proche de l’opposant, a confirmé l’information, précisant que la reconduction en prison de Hama Amadou est relative à sa condamnation dans l’affaire dite des "bébés importés". Le principal opposant nigérien est rentré jeudi au Niger, après un exil de plus de trois ans et quelques jours après le décès de sa maman.

Vendredi, samedi et dimanche, Hama Amadou a reçu les condoléances de plusieurs personnalités, dont des membres du Gouvernement et des épouses du Président de la République et du Premier ministre à son domicile privé situé à la périphérie ouest de Niamey.

Selon son attaché de presse Abdou Rafa, l’opposant a même eu un entretien téléphonique d’une quinzaine de minutes avec le président Issoufou Mahamadou, dimanche.

Les ennuis judiciaires de Hama Amadou avaient commencé en 2013, quelques mois après la rupture de son alliance avec le parti présidentiel, quand une de ses épouses a été citée dans une affaire de trafic d’enfants venant du Nigeria.

Alors président de l’Assemblée nationale, il quitta clandestinement le Niger pour échapper à son arrestation. Il se réfugia en France où il passa plus de deux ans d’exil.

Il revint au Niger en novembre 2015 pour participer à l’élection présidentielle de février 2016. Dès sa descente d’avion il est arrêté et conduit à la prison civile de Filingué.

Malgré sa détention, sa candidature est validée pour l’élection présidentielle. Maintenu en détention pendant toute la période de campagne électorale et le déroulement des élections, il se qualifia au second tour face au président sortant Issoufou Mahamadou.

Face au rejet de sa demande de mise en liberté provisoire pour pouvoir battre campagne, Hama Amadou demanda à se militants de ne pas prendre part au second tour de l’élection présidentielle. En mars 2016, après la proclamation des résultats du second tour de la présidentielle, il bénéficia d’une mise en liberté provisoire pour pouvoir subir des soins en France.

Depuis lors, l’opposant n’est plus revenu au Niger. C’était en son absence qu’il a été condamné, en mars 2017, à la peine d’un an de prison ferme dans l’affaire dite des "bébés importés".

 

 

Lassaad Ben Ahmed

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Niger, niger démocratie, niger politique, niger opposition, hama amadou

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]