Le Soudan a réduit le nombre de ses soldats au Yémen à 5 000, selon le premier ministre

Il n'y a pas de solution militaire à la guerre du Yémen, déclare Abdallah Hamdok.

 

Le Soudan a réduit à 5 000 le nombre de ses troupes au Yémen, a déclaré dimanche le Premier ministre Abdallah Hamdok.

S'adressant à des journalistes à l'aéroport de Khartoum à son arrivée d'une visite aux États-Unis, Hamdok a annoncé pour la première fois que le nombre de forces soudanaises au Yémen s'élevait à 15 000 et a confirmé que le gouvernement avait retiré 10 000 soldats au cours des derniers mois.

"En ce qui concerne la question du Yémen, nous en avons, en fait, parlé au Conseil de l'Atlantique", a-t-il déclaré, faisant référence au groupe de réflexion basé à Washington, D.C., auquel il s'est adressé jeudi dernier.

«Nous avons confirmé qu'il n'y a pas de solution militaire à la guerre au Yémen et nous, en tant que Soudanais, sommes très désireux d'aider à trouver une solution politique là-bas.

«En ce qui concerne le retrait de nos forces au Yémen, le nombre de forces était de 15 000 et nous les avons réduites à 5 000. Nous n'avons pas parlé de retrait, mais nous avons parlé d'une réduction des forces », a-t-il souligné.

Le Soudan fait partie de la coalition militaire de l'Arabie saoudite et des Émirats Arabes Unis au Yémen, ces pays luttant contre les rebelles houthis.

Le Yémen vit une crise humanitaire sans précédent.

Hamdok a en outre révélé que des progrès avaient été accomplis lors de sa visite aux États-Unis concernant le retrait du Soudan de la liste des États parrainant le terrorisme à Washington, ajoutant que cinq des sept conditions américaines avaient été remplies.

"Nous avons déjà résolu cinq conditions sur les sept posées par les États-Unis, y compris le processus de paix au Soudan, l'accès humanitaire, la liberté de religion, les liens avec la Corée du Nord et la situation des droits de l'homme", a-t-il déclaré.

«Les deux points encore en discussion sont la coopération du Soudan en ce qui concerne la guerre contre le terrorisme et l'indemnisation des victimes américaines des attaques terroristes contre les ambassades américaines à Nairobi et Dar es Salaam.»

Lors de la visite du premier ministre soudanais, les deux pays ont également convenu d'échanger leurs ambassadeurs pour la première fois en 23 ans.

Omar El-Béchir, ancien président du Soudan, a été destitué de ses fonctions, cette année, après plusieurs mois de manifestations dans le pays, provoquées par une augmentation du prix du pain.

 

 

 

Mohammed Amin, Ümit Dönmez

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Yemen, guerre yemen, Soudan, soudan armée, soudan militaire, soudan etats unis, etats unis soudan, soudan diplomatie, arabie saoudite yémen, Guerre au Yémén, arabie saoudite soudan, soudan yémen

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]