Pakistan : Imran Khan met en garde sur une guerre contre l'Inde

En raison de l’évolution de la situation dans la région du Cachemire.

 

Le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a mis en garde mercredi l’ensemble de la communauté internationale contre la survenance d’une guerre entre le Pakistan et l’Inde en raison de l’évolution de la situation dans la région du Cachemire.


Khan s’est exprimé lors de la 74ème Assemblée générale des Nations Unies à New York. Il a, ainsi, déclaré : « Lorsque vous combattez un pays muni de l’arme nucléaire, les répercussions dépasseront forcément ses frontières. Il ne s’agit pas de menaces mais plutôt d'une mise en garde, je suis très préoccupé de la forme finale que pourrait prendre l’actuelle crise ».


Khan a appelé l’Inde à lever le blocus imposé aux 8 millions de musulmans dans la Cachemire et à libérer les détenus et notamment les enfants qui ont été enlevés par les forces de l’ordre indiennes.


Le Premier ministre pakistanais s’est adressé à l’ensemble des représentants des Etats et les dirigeants présents lors de son discours en déclarant : « C’est vous qui avez garanti le droit du peuple du Cachemire à l’autodétermination, c’est pour cette raison que ce peuple souffre actuellement. Il est temps pour que vous interveniez et pour que l’Inde met fin à ce blocus imposé depuis 55 jours ».


Imran Khan a également accusé son homologue indien Narendra Modi, d’appartenir au Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), une organisation puisant ses principes dans ceux qui étaient à l’origine du Nazisme en Allemagne.


Il s’agit d’une « organisation qui vise à procéder à un génocide contre les musulmans propageant la haine qui a causé la perte du leader Mohandas Gandhi ».


Le 5 août courant, le gouvernement indien a annulé les dispositions de l’article 370 de la constitution, conférant le droit à l'autodétermination à l’État de Jammu-et-Cachemire, la partie du Cachemire sous l’autorité de New Delhi.


Cette disposition constitutionnelle confère également aux habitants de la région le droit exclusif de la résidence permanente dans la région ainsi que les droits à la propriété, à l’embauche et aux primes éducatives. Une décision présidentielle est à l’origine de cette révision constitutionnelle, c'est-à-dire que sa mise en application ne nécessitera pas l’approbation du Parlement.


Dans la journée du 6 août, les deux chambres du parlement indien ont approuvé la décision de subdivision de Jammu-et-Cachemire en deux régions bien distinctes relevant directement du gouvernement central à New Delhi. Une mesure qui nécessite, toutefois, la validation du Président pour sa mise en œuvre.


Des observateurs internationaux estiment que ces récentes mesures indiennes visent à permettre aux citoyens indiens de bénéficier du droit à la propriété dans la région et ainsi modifier la composition ethnique et religieuse de cet État à majorité musulmane.

 

 

Mohamed Tarek, Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Pakistan, Cachemire, Inde, pakistan inde, Jammu-et-Cachemire, Imran Khan, Inde Jammu-et-Cachemire

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]