Le MAE russe, Lavrov, met en garde contre les risques d'une confrontation militaire dans le Golfe

Lavrov s’est exprimé au cours de sa participation à la réunion des ministres des Affaires étrangères des Etats du Groupe BRICS à Rio au Brésil.

 

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a mis en garde, vendredi, contre les risques élevés d’une confrontation armée d’envergure dans la région du Golfe en raison des mesures hostiles entreprises contre Téhéran.

Lavrov s’est exprimé au cours de sa participation à la réunion des ministres des Affaires étrangères des Etats du Groupe BRICS à Rio au Brésil.

Lavrov a ajouté : « L’évolution des événements entourant l’Iran est préoccupante. Nous appelons nos partenaires iraniens à résister et à appliquer la convention de non prolifération des armes nucléaires ainsi que l’accord de garanties globales avec l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) et son protocole complémentaire ».

Lavrov a également indiqué, d’après Russia Today, qu’il est « inutile d’appeler l’Iran à respecter unilatéralement ses engagements contenus dans l’accord sur le nucléaire iranien ».

« Nous œuvrons pour que nos partenaires européens comprennent leur responsabilité dans la préservation de l’accord sur le nucléaire iranien », a-t-il ajouté.

« Les mesures hostiles à l’Iran ont engendré la déstabilisation de la situation dans la région du Golfe, l’évolution des événements peut provoquer une confrontation militaire d’envergure », a-t-il mis en garde.

Le chef de la diplomatie russe a, ainsi, appelé à la mise en place d’« un système de sécurité globale et de coopération » dans la région du Golfe.

« Une copie de cette initiative a été adressée à tous nos partenaires, nous nous attendons, notamment, à ce que nos partenaires du BRICS la soutiennent », a-t-il ajouté.

La tension s’est accentuée entre Washington et des pays du Golfe, d’une part, et l’Iran, d’autre part, et ce, depuis le désengagement partiel de Téhéran de l’accord de Vienne sur le nucléaire. L’Iran avait pris cette décision, en mai dernier, un an après le retrait de Washington de l’accord et la mise en place de nouvelles sanctions visant à l’obliger à renégocier certaines dispositions de l'accord de Vienne.

 

 

Mohammed Maher Ben Romdhane

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Russie, États-Unis, Arabie Saoudite, Iran, iran arabie saoudite, Royaume Uni, serguei lavrov, Détroit d'Ormuz, Ormuz

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]