Les présidents turc, russe et iranien se réunissent lundi à Ankara pour discuter de la Syrie

Il s'agit du 5ème sommet tripartite entre Erdogan, Poutine et Rohani.

 

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, accueillera, lundi, ses homologues russe, Vladimir Poutine, et iranien, Hassan Rohani, pour discuter de la crise syrienne.

C'est la capitale turque, Ankara, qui accueillera, lundi 16 septembre, ce 5ème sommet tripartite Turquie-Russie-Iran sur la Syrie.

L'information a été rappelée, vendredi, par un communiqué du Département de la Communication de la Présidence turque.

Erdogan, Poutine et Rohani discuteront, dans les moindres détails, de l'ensemble des sujets concernant la Syrie, au regard des dernières évolutions, notamment la situation à Idleb.

Les trois leaders doivent notamment préciser les mesures qui permettront une transition politique en Syrie et qui empêcheront une nouvelle vague de réfugiés vers la Turquie.

Par ailleurs, des entretiens en tête à tête entre les leaders sont prévus au programme du sommet. Ils en profiteront pour discuter des sujets bilatéraux mais aussi des questions régionales, a fait savoir le Département de la Communication de la Présidence turque.

 

Erdogan : le sommet tripartite avec la Russie et l'Iran portera sur Idleb surtout

Le sommet tripartite avec la Russie et l'Iran portera sur Idleb surtout, a déclaré le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan.

Le chef de l'État turc s'est exprimé aux journalistes à l'issue de la prière de vendredi à Istanbul.

"Nous aborderons la situation à Idleb, dont surtout les points d'observation et la lutte antiterroriste", a-t-il fait savoir.

Erdogan a ajouté que les hélicoptères turcs et américains mènent une opération aérienne logistique dans la région planifiée comme zone sécurisée, dans le nord de la Syrie, à l'est de l'Euphrate.

"Mais cette opération aérienne ne suffit pas, a-t-il affirmé. La position des États-Unis face aux terroristes du PYD/YPG est importante pour nous. La position actuelle n'est pas celle que nous voulons voir. Nous en discuterons davantage avec le Président américain, Donald Trump, lors de la réunion des Nations unies (ONU)."

 

Les YPG ("Yekîneyên Parastina Gel", "Unités de protection du peuple") et le PYD ("Partiya Yekîtiya Demokrat, "Parti de l'union démocratique" sont des branches syriennes respectivement militaire et politique du groupe terroriste PKK ("Partiya Karkerên Kurdistan" : "Parti des travailleurs du Kurdistan"). Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union Européenne. Au cours de sa campagne terroriste de plusieurs décennies contre la Turquie, le PKK a tué plus de 40 000 personnes sur le seul territoire turc, dont 7 000 civils.

 

Interrogé sur l'attentat terroriste perpétré jeudi à Kulp, district de la province de Diyarbakir (sud-est), faisant sept morts civils et dix blessés, Erdogan a assuré que "la lutte antiterroriste continuera quoique ce soit".

Quant aux mères de Diyarbakir, en sit-in devant le siège du Parti démocratique des peuples (HDP) pour sauver leurs enfants emmenés par force aux cotés de l'organisation terroriste séparatiste PKK, Erdogan a insisté: "en tant qu'État, nous sommes à vos côtés, nous suivons cette affaire de près."

 

Idleb : Trois civils tués dans des attaques des forces armées syriennes

Trois civils ont été tués, vendredi, dans des frappes des forces armées syriennes, dans la zone de désescalade d'Idleb, dans le nord de la Syrie.

Une information partagée par les correspondants locaux de l'Agence Anadolu (AA).

Selon les équipes de la Défense civile (Casques blancs), au cours de ces attaques, 3 civils ont été tués.

Après une trêve de 12 jours, la Russie, soutien du régime d'al-Assad, a de nouveau mené des raids aériens, tard dans la nuit d'hier, sur plusieurs localités d'Idleb.

Dans les attaques d'hier, deux civils dont un enfant avaient perdu la vie.

Depuis la signature entre la Turquie et la Russie de l'accord du 17 septembre 2018 au sujet de la zone de désescalade d'Idleb, les attaques du régime et de la Russie ont causé la mort de 1 282 civils dont 219 femmes et 341 enfants dans cette province.

Par ailleurs, plus d'un million de personnes ont été déplacées en raison des affrontements.

 

 

 

Aynur Ekiz, Burak Karacaoğlu, Eşref Musa, Adham Kako, Andaç Hongur, Zeynep Rakipoğlu, Hatice Şenses Kurukız, Berk Özkan, Nur Asena Gülsoy,  Ayvaz Çolakoğlu, Tuncay Çakmak

Photographie : Archive, Agence Anadolu

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Iran, Iran, Ankara, poutine, ankara astana, russie syrie, turquie syrie, turquie iran, iran syrie, recep tayyip erdogan, poutine erdogan, erdogan poutine, vladimir poutine, conférence astana syrie, Le Président turc Recep Tayyip Erdogan, Idleb, Le président russe Vladimir Poutine, processus d'Astana, Président iranien Hassan Rohani, zone de désescalade d'Idleb, Turquie-Russie-Iran, russie iran, sommet tripartite Turquie-Russie-Iran sur la Syrie

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]