L’Opposition syrienne : Pas de consensus sur l’agenda de la Commission constitutionnelle

Le Régime syrien refuse de négocier les questions constitutionnelles, selon le co-président de la Commission constitutionnelle sur l’opposition, Hadi al-Bahra

 

Le co-président de la Commission constitutionnelle, l'opposant Hadi al-Bahra, a indiqué, mardi, qu’il « n’y a pas encore de consensus sur l’agenda de la Commission ».

Il a souligné que l’Opposition oeuvre pour sa part à faire ce consensus.

C’est ce qui ressort de la déclaration d’al-Bahra, à l’issue de sa rencontre avec l’émissaire onusien pour la Syrie, Geir Pederson, au siège de l’ONU à Genève.

Cette réunion s’est tenue après l’échec du démarrage des travaux de la Commission constitutionnelle, à cause du refus du Régime de négocier les questions constitutionnelles.

« Les représentants de notre délégation étaient présents, depuis le matin, au siège de l’ONU, et nos tentatives ainsi que celles de l’intermédiaire international se sont poursuivies pour résoudre la question de l’ordre du jour de la Commission», a déclaré Hadi al-Bahra.

Et d’ajouter que « nous connaissons la souffrance du peuple syrien et il faut déployer le maximum d’efforts pour mettre un agenda qui tient compte de la question de la Commission constitutionnelle».

Évoquant les entraves relatives à l’agenda de la Commission, al-Bahra a précisé qu’ « il n’y a pas encore de consensus sur l’agenda de la Commission et nous essayons de trouver ce consensus ».

Il a poursuivi, dans le même contexte, que « l’agenda du Régime ne correspond pas à celui de la Commission constitutionnelle et sort des prérogatives de ce dernier ».

Al-Bahra a assuré qu’ « aucune réunion n’a été tenue avec le Régime et aucune demande n’a été transmise d’une partie à l’autre ».

« La principale mission de la Commission devrait respecter ses prérogatives et consiste à rédiger le brouillon de la constitution pour le peuple syrien, afin de faciliter l’accès à une solution politique ».

La commission restreinte de la Commission constitutionnelle, composée de 45 membres, a échoué à se réunir dans le deuxième cycle des travaux de la Commission, démarrés lundi et qui se poursuivent jusqu’au vendredi prochain, selon le Bureau de l’émissaire onusien.

Les délégations syriennes du Régime, de l’Opposition et des organisations de la Société civile ne se sont pas présentées au siège des Nations Unies. Les deux co-présidents de la Commission constitutionnelle, Hadi al-Bahra représentant l’Opposition, et Ahmad Kuzbari représentant le Régime étaient les seuls présents à Genève.

Les réunions d’al-Bahra se sont poursuivies pour près de 6 heures au siège de l’ONU tandis que Kuzbari a quitté tôt, après avoir évoqué des questions non-liées aux prérogatives de la Commission constitutionnelle, selon des sources de l’Opposition.

 

 

Mohamed Cheikh Youssef, Mona Saanouni

 

 

 


L'ACTUALITÉ LA PLUS LUE DE LA SEMAINE


Mots-clés: Syrie, ONU Moyen Orient, conférence astana syrie, congrès dialogue national syrien sotchi, Geir O. Pedersen, Geir Pedersen, sommet à Sotchi, genève, crise syrienne, processus d'Astana, Accord de Sotchi, Syrie politique, Sommet de Sotchi, Commission constitutionnelle syrienne

Imprimer E-mail

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est un petit morceau de texte envoyé sur votre navigateur par un site Web que vous visitez. Il aide le site à se rappeler des informations sur votre visite, comme votre langue préférée et d'autres paramètres. Cela peut rendre votre prochaine visite plus facile et le site plus utile pour vous. Les cookies jouent un rôle important. Sans eux, utiliser le web serait une expérience beaucoup plus frustrante.

S'inscrire à la Newsletter de actualite-news.com

  • [javascript protected email address]